Cameroun: Prise en charge - Immersion dans les centres de traitement

Plusieurs sites ont été ouverts à Yaoundé et accueillent des dizaines de malades. Ambiance.

La date du 10 mai 2020 restera mémorable pour Franck E., 45 ans, entrepreneur. Ce jour-là, il s'est fait transporter en ambulance par une équipe médicale, sous les regards inquiets de son épouse et de ses enfants, mais également ceux apeurés ou accusateurs de ses voisins. « Je regardais ma famille s'éloigner au fur et à mesure que l'ambulance avançait. J'avais les larmes aux yeux, je les rassurais du mieux que je pouvais par un geste de la main. Mais je me demandais comment ils allaient être traités par le voisinage.

Dans l'ambulance en route pour le centre, l'équipe médicale m'a briefé sur le lieu où je serai pris en charge tout en me rassurant également. J'avais l'impression d'être dans un mauvais rêve. Je dois avouer que je ne les écoutais pas vraiment, plongé dans mes pensées. Je me demandais si j'allais mourir », témoigne-t-il. C'est aux environs de 10 h que Frank E. arrive à la structure de Médecins sans frontières à Djoungolo à Yaoundé, un centre de prise en charge des malades du Covid- 19. A l'entrée, un comité d'accueil d'au moins 50 personnes constitué des malades. C'est devenu une tradition dans ce centre, on accueille les nouveaux pour les mettre en confiance. Une idée d'un secouriste de la Croix-rouge camerounaise, lui également malade du Covid-19. L'accueil apaise beaucoup Frank. Le sourire sur son visage en dit long. Par un geste de salutation coudes à coudes, une grande fraternité s'installe très vite.

Dans la foulée, il reconnaît même certains de ses collègues qui ont contracté le virus plus tôt. Sa joie est immense de les savoir en forme, le moral haut. Dans l'enceinte du centre aux murs bleus et blancs, quatre salles d'une capacité de 20 lits chacune sont prêtes. Pour le moment, seules trois d'entre elles sont occupées : une pour les femmes, deux autres, pour les hommes. Les patients sont de toutes les catégories sociales. On y retrouve parfois des familles entières, pères et filles, des couples ou encore des personnes venues toutes seules. Cet univers est invraisemblable et inhabituel pour Franck. Muni de son sac à dos, il est conduit vers son lit. Son voisin est sous respirateur. La panique s'installe.

« A ce moment-là, je me suis dit qu'il est en train de mourir. Et après, cela sera mon tour. J'ai regardé tous les autres autour de moi et pensé que c'est juste un mirage, me demandant si l'on guérit vraiment de cette maladie », révèle-t-il. Une infirmière vêtue d'une combinaison blanche de la tête aux pieds le rassure très vite : « Ne vous inquiétez pas. C'est un malade arrivé dans un état critique. Il reçoit un traitement spécial et il va beaucoup mieux ». Après quoi, lui sont remises une trousse de toilette et une palette d'eau minérale. On lui explique aussi comment les journées se déroulent dans le centre. « Un médecin viendra s'entretenir avec vous. On vous donnera des médicaments qui correspondent au protocole de traitement du Covid-19.

Vous aurez également droit à trois repas par jour pour vous maintenir en forme. Vous aurez droit à des visites mais, vos visiteurs resteront hors du centre. Quant aux repas qu'ils vous apporteront, ils seront d'abord contrôlés », lui explique une autre infirmière. Quelques minutes plus tard, un médecin vient à la rencontre de Frank et lui remet des médicaments : de l'Azithromicyne, de la Chloroquine, du Zinc et de la Vitamine C. D'autres questions relatives à son état de santé lui sont posées. En fin de matinée, Frank est apaisé. Vers 18 h, il est convié par les autres malades à une séance de prières. « J'étais un peu amusé de savoir que c'est mon collègue qui était un peu devenu le prêtre du centre.

Mais je me suis prêté à l'expérience. Nous avons prié et c'est devenu une tradition. Tous les matins dès 6h et tous les soirs dès 18 h, place à une séance de prières », explique-t-il. De même, des exercices sportifs sont conseillés par les médecins pour une remise en forme rapide des patients. Une semaine après son admission dans le centre, Frank se sent beaucoup mieux. Le traitement de sept jours achevé, place maintenant à la phase observatoire de sept jours de plus. Un second prélèvement sera fait par les médecins afin de voir si le dépistage se révèle négatif .

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.