Sénégal: Grève des transporteurs routiers-après 24 h de perturbations - Alassane Ndoye lève le mot d'ordre

Le secteur du transport a été paralysé durant 24 heures par la grève des syndicats des travailleurs des transports routiers du Sénégal, une grève dirigée par Alassane Ndoye qui a décidé de faire cavalier seul après le désistement de son collègue Gora Khouma.

Le transport a été perturbé dans les régions avec des heurts entre transporteurs et Forces de l'ordre, par endroits. Une grève bien suivie dans ces régions de l'intérieur, mais peu suivie à Dakar avec les cars Ndiaga Ndiaye et Aftu qui ont offert leur service aux usagers dans la capitale.

Après une journée d'arrêt de travail, Alassane Ndoye a décidé de lever le mot d'ordre de grève, une annonce faite par ce dernier au cours d'un face à face avec la presse. Le syndicaliste Alassane Ndoye tire un bilan satisfaisant de l'arrêt de travail. «Nous avons tiré un bilan satisfaisant de l'arrêt de travail.

Dans toutes les régions, le transport est à l'arrêt, vous l'avez constaté avec cette situation de l'interdiction du trafic interurbain, même si à Dakar la grève n'est pas bien suivie à cause des cars Aftu et des cars Ndiaga Ndiaye», a soutenu Alassane Ndoye.

Et de poursuivre : «Nous avons lavé l'affront du ministre Oumar Youm qui disait que nous, responsables syndicaux, ne valons rien.

C'est ici que nous avons déclaré la grève et c'est ici que nous demandons à tous les transporteurs de se remettre au travail, dès minuit (hier mardi, ndlr). Nous avons déjà gagné la bataille.

Et nous ne demandons pas l'exclusion du ministre Oumar Youm, mais nous exigeons de la compétence pour le secteur du transport».

Le mouvement de grève dans le secteur a été lancé à l'initiative des syndicalistes Alassane Ndoye et Gora Khouma. Mais, le premier a fait cavalier seul, avec le désistement de Gora Khouma. «On devait faire ensemble la grève, mais ce dernier m'a indiqué qu'il ne peut pas me suivre.

On a échangé car il est le chef de garage de Keur Massar et les chauffeurs de manière démocratique ont décidé de ne pas suivre la grève. Je lui concède cette volte-face qui est indépendante de sa volonté. Même les autres qui n'ont pas respecté le mot d'ordre, on ne leur en veut pas, c'est par ignorance.

Mais je suis en phase avec Gora Khouma et j'ai fait cavalier seul. Et cette situation (de boycott, ndlr), on ne l'a vécue qu'à Dakar», a laissé entendre le syndicaliste qui invite l'Etat à régler la vieille doléance qui demeure le problème du transport interurbain. «Nous ne cesserons jamais de réclamer la levée de l'interdiction du transport interurbain parce que l'économie du transport est à genou.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.