Congo-Brazzaville: Quand des spéculations sur l'année blanche échouent !

Sans langue de bois aucune, car nous l'avions constaté très tôt lors de la prise par les autorités nationales des mesures de la fermeture des écoles et autres à cause de la pandémie du coronavirus, certains citoyens malintentionnés n'ont jamais accepté que les pouvoirs publics allaient créer les stratégies pour sauver l'année scolaire en cours et, surtout, faire passer les examens d'Etat, à savoir le certificat d'études primaires et élémentaires, le brevet d'études du premier cycle et le baccalauréat pour ne parler que de ces trois examens d'Etat.

Ainsi, dès l'arrêt quelque peu brutal des compositions du deuxième trimestriel à cause de la présence sur le territoire national du premier cas confirmé de la pandémie du coronavirus au mois de mars, ces malintentionnés ont commencé à spéculer sur l'éventuelle année blanche. Nonobstant la mise en œuvre de la première mesure pour sauver l'école, celle relative à l'école à domicile qui passait sur les médias, notamment la presse écrite et la télévision, ces malintentionnés ne voyaient qu'un semblant de solution, car ils continuaient à créer de la confusion dans des quartiers et villages tout en « proclamant », semble-t-il, l'année « blanche » qui était déjà visible et incontournable dans leur esprit. Oh ! Quel cauchemar pour des parents en écoutant de tels propos.

Toujours dans les mesures visant à sauver l'école, l'organisation de la visio-conférence par des autorités nationales chargées des questions éducatives des pays africains, a permis d'appuyer la stratégie de l'école à domicile. Et bien, cela n'avait toujours pas convaincu ces malintentionnés qui ont souhaité voir l'année être blanchie. Encore que ces stratégies pour sauver l'école ne se sont pas arrêtées là, car en plus des cours à domicile et des cours par télé-conférence où des élèves avaient la possibilité de poser directement des questions aux professeurs, il y a eu l'élaboration des fascicules de toutes les matières pour toutes les classes d'examen qui ont été par la suite distribués aux élèves.

Oui, le constat a été que toutes ces stratégies réunies ont laissé quelque peu sceptiques certains parents qui ont été abusés par ces malintentionnés aux informations grossières et mensongères. « L'école est fermée pour de bon », disaient-ils, sans gêne aucune. Et c'est la communication du Premier ministre annonçant la réouverture des écoles à partir de la date du 1er juin de l'année en cours qui a poussé ces « langues » à commencer à se sentir gênées dans des quartiers, car leurs mensonges perdaient petit à petit sa saveur, celle de l'année blanche. Ajoutées à l'annonce de la réouverture des classes, la campagne de désinfection des écoles et les différentes tribunes des autorités chargées des questions éducatives, le moment était venu de voir totalement ces gens-là perdre leur bec. Ainsi donc, la reprise des cours devenait une réalité et non une vue de l'esprit comme l'ont pensé, depuis le 1er avril dernier, ces malintentionnés qui ont beaucoup spéculé sur l'année blanche. Encore que certains dans des quartiers n'arrivent plus à fixer leurs voisins immédiats dans les yeux.

Comme on le voit, les mauvais citoyens ne sont pas que ceux-là qui commettent des actes antisociaux, notamment voler, violer, violenter, transgresser des lois, braquer et autres. Mais ce sont aussi ceux-là qui rament à contre-courant le cours de l'histoire pour voir échouer les bonnes initiatives républicaines. Ces malintentionnés, au lieu de chanter au départ l'année blanche en se frottant des mains, pouvaient bien élaborer leurs stratégies en les associant à celles des pouvoirs publics pour pouvoir sauver l'école. Et comme l'école reprend maintenant, c'est la honte totale, suivez mon regard ! Ils sont dans nos quartiers, ces « nihilistes » nuisibles.

AUTHOR: Faustin Akono

Edition:

Édition Quotidienne (DB)

Humeur : les derniers articles

▶ 3/6/2020 | Quand des spéculations sur l'année blanche échouent !

▶ 23/5/2020 | Et pourtant déconfinement progressif n'est pas relâchement !

▶ 27/4/2020 | Certains citoyens ne mesurent pas l'atrocité du coronavirus !

▶ 20/4/2020 | Quand une certaine opinion crée de l'amalgame sur le coronavirus !

▶ 6/4/2020 | Quand la propreté des localités dépend des descentes des autorités !

▶ 23/3/2020 | Gare aux destructeurs de l'enseignement !

▶ 18/3/2020 | Quand des banques financent des projets agricoles !

▶ 9/3/2020 | Communautés urbaines : l'insalubrité des parcelles inhabitées dérange !

▶ 2/3/2020 | Gare aux illusionnistes en médecine moderne et traditionnelle !

▶ 24/2/2020 | L'hygiène dans les transports en commun

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.