Congo-Brazzaville: Voiries urbaines - La route de Ngamakosso rouverte à la circulation

Coupée à la circulation depuis quelques années à cause d'une érosion, la deuxième sortie nord de Brazzaville a été remise en service, le 2 juin, après de lourds travaux de réhabilitation évalués à plus de dix milliards Francs CFA.

Les travaux de traitement de l'érosion de Ngamakosso sont réalisés par la société chinoise CRBC. Ils ont débuté en 2016 et ont consisté, entre autres, en la construction du collecteur provisoire, la réalisation des murs de soutènement sur une distance de 110 mètres ainsi qu'à la reconstruction des talus en béton armé. Le coût prévisionnel des travaux est évalué à plus de dix milliards dix millions Francs CFA. A ce jour, le gouvernement a pu débloquer huit milliards FCFA.

Les travaux ne sont pas encore totalement achevés, mais la voie a été rouverte à la circulation à titre provisoire, par le ministre de l'Aménagement du territoire, de l'Equipement et des Grands travaux, Jean Jacques Bouya. L'objectif étant, non seulement de soulager la peine des populations mais surtout de tester l'ampleur des travaux.

La dernière phase des travaux consistera notamment à effectuer le remblaie dans la zone érodée ; le traitement des talus en sac végétal et la plantation des vétivers tout autour du site. De même, il s'agira aussi de construire un mur de soutènement et du collecteur à ciel ouvert en aval du projet, du côté droit, avant d'entamer le désensablement du viaduc qui est aussi menacé.

« Après trois saisons, nous sommes satisfaits du travail accompli. Sur un marché de dix milliards, l'Etat a déjà payé huit milliards FCFA et aujourd'hui nous ouvrons cette chaussée à la circulation pour permettre d'apprécier le compactage et le comportement de l'ouvrage, avant d'amorcer le revêtement d'ici à la prochaine saison des pluies », a souligné Jean Jacques Bouya, qui était accompagné du maire de Brazzaville, Dieudonné Bantsimba.

Le ministre de l'Aménagement du teritoire, de l'Equipement et des Grands travaux a bouclé sa ronde par le chantier de construction de la voie d'accès à l'usine de production d'eau de Djiri. Une bretelle qui reliera le quartier Manianga à l'académie militaire Marien-Ngouabi, en passant par RAGEC. Bien que les travaux soient aux arrêts depuis un moment, Jean Jacques Bouya a tenu tout de même à se faire une idée réelle du chantier qu'il estime capital, car il vise à protéger les infrastructures d'eau et d'électricité érigées dans cette zone.

« Sur cette route, il y a deux conduits d'eau de grande capacité qui étaient déjà menacés. Elles emmènent de l'eau potable des usines de Djiri vers la ville de Brazzaville. Mais il y a aussi les câbles électriques qui passent par cette voie que nous devons protéger », a conclu Jean Jacques Bouya.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.