Congo-Kinshasa: Décès à la présidence - Le personnel soumis aux tests de la COVID-19 et d'empoisonnement

Le conseiller spécial du chef de l'État chargé de la couverture santé universelle a révélé que les rumeurs autour des morts en cascade déplorés ces derniers temps à la présidence de la République devraient être analysées.

Les décès en série qui ont eu lieu ces derniers temps à la présidence de la République ont donné lieu à toute forme de spéculations. D'aucuns sont ceux qui ont attribué cette situation à l'empoisonnement collectif du personnel de la première institution du pays alors qu'aucune déclaration officielle dans ce sens n'a été faite pour confirmer ces allégations. Dans différents milieux, en effet, cette thèse a circulé jusqu'à forger des convictions autour de ce qui paraît, aux yeux de nombreux congolais, pour une évidence. Malgré les mises au point du porte-parole du chef de l'Etat tendant à écarter l'hypothèse d'empoisonnement, le doute persiste toujours.

Le fait que les membres de l'UDPS soient les principales victimes de ce qui ressemble à une série criminelle aura ravivé les suspicions jusqu'à indexer les délégués de l'UNC prestant au cabinet du chef de l'Etat. Et pourtant, ces derniers n'arrêtent de clamer leur innocence dans cette tragédie macabre dont les auteurs, argue-t-on, pourraient vraisemblablement être des agents extérieurs. « L'UNC et l'UDPS sont en alliance dans la conduite des affaires de l'Etat et il serait inadmissible que leurs délégués développent une méfiance réciproque qui ne ferait pas avancer la République », a réagi un analyste politique.

C'est aux fins d'en savoir un peu plus sur ces morts à la pèle que la Présidence de la République a résolu de soumettre son personnel aux tests d'empoisonnement et à la covid-19. En effet, depuis le lundi 1er juin, les agents et cadres œuvrant au cabinet du chef de l'Etat se relaient au centre de santé situé sur le site présidentiel pour procéder aux tests volontaires. « Nous avons pris des précautions pour analyser les rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux faisant état des décès à répétition par empoisonnement à la Présidence », a indiqué le conseiller spécial du chef de l'État chargé de la couverture de santé universelle dans une récente intervention médiatique.

Pour le Dr Roger Kamba, la présidence de la République prend tout au sérieux et essaie de répondre à tous les questionnements liés aux décès enregistrés au cabinet du chef de l'Etat de manière objective. « Les résultats seront publiés afin d'éclairer les zones d'ombres (... ) Il n'y a pas de secret. Le seul secret, c'est la méthode de travail. Après, la présidence de la République doit pouvoir communiquer et donner l'information à la population. Elle est inquiète et elle le manifeste de plusieurs manières », a-t-il ajouté. A noter que face à la persistance de la rumeur autour de l'empoisonnement présumé du personnel de la Présidence, celle-ci a pris un train de mesures pour protéger ses travailleurs. Il s'agit, entre autres, de la réduction drastique du nombre des collaborateurs dans les différents services pour éviter les contaminations à la Covid-19 et l'adoption du télétravail comme nouveau mode de travail afin de parer à toute éventualité.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.