Algérie: Constitution - Le Comité d'experts entamera l'examen des amendements proposés à partir de la semaine prochaine

Le Comité d'experts chargé de formuler des propositions pour une révision constitutionnelle entamera à partir de la semaine prochaine l'examen des amendements (1.200) proposés à la mouture de l'avant-projet de révision de la Constitution, a indiqué mercredi Mohamed Laagab, chargé de mission à la Présidence de la République.

Invité de l'émission "Dhaïf Assabah" de la Chaîne I de la Radio nationale, M. Laagab a précisé que "plus de la moitié des amendements apportés au projet de nouvelle Constitution (plus de 63%) concernent des articles ayant été ajoutés, corrigés ou supprimés, ce qui débouchera, a-t-il dit, sur une révision profonde et globale, voire radicale, notamment en ce qui concerne l'équilibre des pouvoirs".

Concernant la teneur des propositions d'amendement reçues par le Comité d'experts, M. Laagab a fait savoir que "148% des amendements proposés concernent des aspects formels et 182% se rapportent au fond, surtout ceux liés à l'équilibre des pouvoirs et aux prérogatives du président de la République qui ont été réduites considérablement en accord avec les revendications du Hirak populaire et de la classe politique mais aussi partant de la volonté sincère du président de la République en ce sens".

A une question sur l'importance de soumettre le projet de nouvelle Constitution au peuple, le chargé de mission à la Présidence de la République a affirmé que le référendum était "inéluctable et nécessaire", estimant qu'il était "inconcevable que cette initiative passe uniquement par le Parlement".

Pour ce qui est des amendements introduits au préambule de la mouture, M. Laagab a précisé que le comité "a introduit une quinzaine d'amendements, y compris la constitutionnalisation du Hirak populaire que plusieurs ont accueilli favorablement".

Evoquant l'amendement relatif au système de gouvernance en Algérie, l'intervenant a déclaré "nous nous orientons clairement vers un système semi-présidentiel", précisant que le projet de la Constitution a donné au Président de la République la possibilité de nommer un vice-président pour l'aider dans l'accomplissement de ses missions"

La problématique qui se pose, a-t-il fait observer, a trait "à la légitimité de ce vice-président, une décision qui sera tranchée par le comité d'experts.

Abordant par ailleurs l'amendement introduit dans la mouture de la Constitution concernant la participation de l'Armée nationale populaire (ANP) aux missions de maintien de la paix à l'étranger, M. Laagab a réaffirmé que deux articles de la nouvelle Constitution stipulent la contribution de l'Armée algérienne dans les opérations de maintien de la paix sous les auspices de l'ONU, de l'Union africaine (UA) et de la Ligue arabe, soulignant que cette démarche "ne s'apparente nullement à un changement dans la doctrine de l'armée qui reste la protectrice de l'Algérie qui, elle aussi demeure un Etat non hostile".

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.