Niger: L'armée nigérienne appelée à être réformée après l'audit

Des armes à feu

76 milliards de francs CFA ont été détournés. Cette somme devait servir à équiper l'armée. Elle se retrouve privée de moyens pour faire face au terrorisme.

Des informations liées à un audit du ministère de la Défense refont surface. L'audit avait révélé le détournement de 76 milliards de francs CFA, soit 116 millions d'euros, dans des contrats d'achat d'armes. La police judiciaire nigérienne poursuit l'affaire. Elle veut comprendre la chaîne administrative qui a abouti à la validation des contrats.

Refonte de l'armée nigérienne

Les enquêteurs se sont focalisés sur deux hommes d'affaires signataires de la majorité des contrats. Pour certains observateurs, ce scandale pourrait précipiter la réforme de l'armée nigérienne.

L'affaire agite le ministère de la Défense et la classe politique nigérienne depuis des mois. Elle intervient aussi à un moment où le pays fait face à un défi sécuritaire majeur.

L'armée nigérienne paie en effet un lourd tribut depuis quelques années pour assurer la sécurité du territoire face aux djihadistes de Boko Haram et ceux d' Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

C'est pourquoi l'affaire, si elle est bien réglée, pourrait aboutir à la refonte de tout l'appareil sécuritaire, estime le politologue et spécialiste des questions de sécurité nigérienne Issoufou Yahaya :

"Il y aura des réformes imposées par cette salle affaire de détournement. Ces détournements ont été néfastes. Des bases militaires entières ont été décimées ces dernières années. On ne peut que lier cela à ces détournements par lesquels l'armée a manqué des moyens qui auraient permis de faire face à l'ennemi. L'armée a connu des pertes à cause des commerçants véreux et des politiciens véreux."

Le scandale relance d'ailleurs le mécontentement au sein de l'armée. Celle-ci est sous équipée et les soldats se plaignent de ce manque de matériels.

Ressources dilapidées

Les détournements au sein de l'appareil sécuritaire ont pour principal effet de priver l'armée des équipements nécessaires pour faire face aux djihadistes.

C'est dans ces conditions que l'audit du ministère de la Défense a mis au jour des surfacturations, des contrats fictifs ou encore des détournements de fonds qui ont engendré un manque de 116 millions d'euros pour l'Etat.

Le ministre de la Défense promet des sanctions. Le professeur Issoufou Yahaya préconise des réformes au sein de l'armée.

"Je pense qu'il y aura beaucoup de conséquences, un certain nombre de réformes. Le choix des hommes se basera sur la compétence. La hiérarchie a déjà payé d'une certaine façon le prix de cette affaire. L'octroi des marchés va certainement changer de même que le choix des armements. Ce qui pourrait aider l'armée sur le terrain. Si elle avait disposé des moyens adéquats, je pense qu'on n'en serait pas là."

Le gouvernement nigérien dit consacrer une part croissante de ses ressources à l'armée puisqu'en 2016. Niamey a déclaré avoir multiplié par quinze les dépenses militaires.

Mais si le budget a été multiplié par quinze les dernières années, l'audit du ministère de la Défense a montré que tout n'a pas été injecté dans l'équipement de l'armée.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.