Sénégal: Arnaqes via le transfert rapide d'argent - Trois suspects arrêtés par la Police des Parcelles assainies

Une bande de malfaiteurs accusée d'avoir frauduleusement retiré des millions de FCfa via les plateformes Orange money et Wari, à partir de Vélingara, a été déférée devant le procureur par le commissariat des Parcelles assainies.

Trois suspects, dont deux élèves et un commerçant âgés de 23, 24 et 21 ans, ont été déférés, vendredi dernier, devant le procureur par le commissariat des Parcelles assainies pour association de malfaiteurs, escroquerie via les réseaux de transfert d'argent (Orange money et Wari) et usurpation d'identité.

Le préjudice est estimé à des millions de FCfa. Une dizaine, selon la partie civile qui a déposé des plaintes. Suite à des réquisitions des opérateurs Sonatel, Tigo et Free, l'enquête a permis de découvrir que les retraits ont été faits à Vélingara.

En collaboration avec la gendarmerie locale, la police a pu mettre la main sur les présumés malfaiteurs. Des pièces d'identité et des téléphones portables ont été saisis. Les suspects ont été transférés à Dakar où se trouve la majorité des parties civiles.

Le modus operandi d'Al. H. Niass, M. Seck et de B. Niass consistait, dans un premier temps, à faire un abonnement à Tigo avec des cartes nationales d'identité volées ou ramassées.

Puis ils appellent des personnes au hasard en s'assurant qu'ils ont un compte Orange money. Ils leur annoncent qu'ils viennent de gagner d'importantes sommes d'argent et leur demandent de sortir les retirer.

Une fois la personne sur place, ils lui demandent de leur passer le gérant. À ce dernier, ils disent de faire un dépôt et non un retrait. Dès que l'argent est déposé dans leurs numéros, ils se hâtent de le récupérer.

Pendant ce temps, le gérant qui n'encaisse pas un rond alors que son compte est débité du montant et le client qui a cru décrocher le jackpot, n'ont plus que leurs yeux pour pleurer.

Le 17 mai, ils ont demandé à B. Touré de se présenter au multiservice de S. Cissé, sis aux Parcelles assainies. Le gérant lui a fait un dépôt total de 1.737.400 FCfa sur une dizaine de numéros. Le 18 mai, la dame F. Niang s'est rendue, téléphone à l'oreille, à la boutique de S. L. Hann à Camberène.

Un transfert de 850.000 FCfa a été effectué. Courant août 2019, M. Sambou a envoyé 2.613.000 FCfa à un faux agent de la Sonatel qui lui a fait croire que son patron avait donné son feu vert pour le transfert destiné au paiement des factures.

Le gérant a senti le sol se dérober sous ses pieds lorsqu'il a joint au téléphone son employeur et que ce dernier lui a dit n'avoir jamais donné de telles instructions.

Se faisant toujours passer pour un agent de la Sonatel, un des suspects a appelé sur le numéro fixe d'une pharmacie située dans la banlieue et a menacé le vendeur de couper la connexion internet pour non-paiement de facture. Il a demandé le numéro du docteur en pharmacie qu'il a appelé séance tenante et mis sur haut-parleur.

Le temps de décliner sa fausse identité, il raccroche et laisse croire à sa victime qu'il s'adressait toujours à sa patronne, qui a donné son aval pour la transaction. Quatre plaintes de ce type ont été enregistrées pour un montant total de 11.678.300 FCfa.

Profitant du contexte du coronavirus, ils ont persuadé certains qu'ils avaient gagné des sommes dans l'appui aux nécessiteux. Comme quoi, même une pandémie à l'échelle mondiale n'a pu freiner leur cupidité, finalement stoppée par les enquêteurs du commissariat des Parcelles assainies.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.