Maroc: Les principaux secteurs de l'économie nationale accusent le coup de la pandémie

Les exportations marocaines baissent de 20% et les ventes des secteurs de l'automobile et de l'aéronautique reculent de 39% et 33,9

La crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus (Covid-19) a eu un impact important sur le commerce extérieur du Maroc qui s'est traduit par une baisse des importations et des exportations de marchandises respectivement de 21.865 MDH et 20.000 MDH à fin avril 2020.

En glissement annuel, les importations et les exportations de marchandises ont enregistré des baisses respectives de 12,6% et de 19,7%. Tandis qu'en glissement trimestriel (comparaison entre les trois derniers mois et les trois mois d'avant), elles ont été de 13,2% et de 18%.

Selon les récentes données de l'Office des changes, le déficit commercial a ainsi enregistré une baisse de 1,9% équivalant à 1.292 MDH alors que le taux de couverture a perdu 4,8 points.

Comme l'ont souligné les analystes de l'Office, la baisse des exportations enregistrée au titre des quatre premiers mois de 2020 s'explique par le repli des ventes de la majorité des secteurs.

C'est le cas des secteurs de l'« Automobile » dont les ventes ont atteint 17.227 MDH contre 28.234 MDH à fin avril 2019, soit une régression de 39% équivalant à 11.007 MDH ; du « Textile et cuir » (9.125 MDH contre 12.727 MDH à fin avril 2019, correspondant à un recul de 28,3% ou -3.602 MDH) et de l'« Aéronautique » (3.675 MDH contre 5.560 MDH à fin avril, soit une baisse de 33,9% ou -1.885 MDH).

Dans son dernier bulletin sur les indicateurs du commerce extérieur, l'Office a indiqué que la baisse des ventes a été aussi enregistrée au niveau des secteurs « Agriculture et agro-alimentaire » (24.835 MDH contre 26.695 MDH à fin avril 2019, soit -7% ou -1.860 MDH) ; « Autres extractions minières » (933 MDH contre 1.333 MDH, soit -30% ou -400 MDH) ; « Electronique et électricité » (3.228 MDH contre 3.291 MDH, soit -1,9% ou -63 MDH) et « Autres industries » (6.559MDH contre 7.776MDH, soit -15,7% ou -1.217MDH).

En détail, il apparaît que la baisse des exportations du secteur automobile observée à fin avril dernier est liée essentiellement au « recul des ventes à la fois de la construction (6.649 MDH au lieu de 12.242 MDH une année auparavant, soit -45,7% ou -5.593 MDH) et du câblage (6.279 MDH au lieu de 11.355 MDH à fin avril 2019, soit -44,7% ou -5.076 MDH) », a expliqué l'Office des changes.

Après analyse des données recueillies, il ressort aussi que les ventes de l'intérieur véhicules et sièges ont en parallèle baissé de 33,6% ; la part de ce secteur dans le total des exportations s'est ainsi élevée à 21,1% contre 27,8% un an auparavant.

Commentant la baisse des ventes du secteur textile et cuir observé au titre des quatre premiers mois de l'année, les analystes de l'Office expliquent qu'elle est due au recul de 2.647 MDH des ventes des vêtements confectionnés et de 744 MDH des articles de bonneterie. En chute de 33,9% à 3,67 MMDH, les exportations du secteur de l'« Aéronautique » ont reculé en raison de la diminution de 33,1% de celles de l'assemblage qui sont passées de 2.998 MDH à 2.036 MDH (soit -962 MDH) et de 36,4% de celles du système d'interconnexion du câblage électrique (EWIS) qui ont baissé de 2.535 MDH à 1.612 MDH (soit - 923 MDH).

De son côté, la baisse des exportations du secteur « Agriculture et agro-alimentaire » est attribuée à celles de l'« Agriculture, sylviculture, chasse » dont les ventes sont passées de 14.023 MDH à 13.214 MDH (5,8%, soit -809 MDH) et de l'« Industrie alimentaire » qui a reculé de 7,4% (11.191 MDH contre 12.082 MDH à fin avril 2019, soit -891 MDH).

En recul de 30%, les exportations des « Autres extractions minières » ont baissé de 400 MDH suite à la baisse de 10% (24 MDH) du « Minerai de cuivre » (216 MDH contre 240 MDH à fin avril 2019) et 50,8% (187 MDH) du « Sulfate de baryum » (181 MDH contre 368 MDH à fin avril 2019).

En dépit de la hausse de 60,9% des exportations des « Fils, câbles pour l'électricité », qui ont connu une amélioration en passant de 717 MDH à 1.154 MDH (+437 MDH), celles du secteur « Electronique et électricité » ont enregistré un repli de 63 MDH (1,9%), en raison de la baisse de 31,4% des exportations des « Composants électroniques » (1023 MDH contre 1.492 MDH à fin avril 2019).

Du côté des « Autres industries », l'Office a justifié le recul des exportations à celles des « Métallurgie et travail des métaux » (1.717 MDH contre 2.041 MDH à fin avril 2019, soit -15,9%) et des « Industries pharmaceutiques » (301 MDH contre 433 MDH à fin avril 2019, soit -30,5%).

Soulignons que la hausse de 14,4% des exportations dans l'«Industrie du plastique et du caoutchouc », qui ont grimpé de 528 MDH à 604 MDH à fin avril 2019, n'a pu empêcher la dégringolade des exportations.

Quant aux exportations de phosphates et dérivés, les indicateurs du commerce extérieur laissent apparaître qu'elles ont en revanche enregistré une légère hausse de 0,2% (34 MDH) à fin avril 2020.

A en croire l'Office des changes, « cette évolution provient de la hausse des ventes des engrais naturels et chimiques (+1.971MDH) et celles des phosphates (+44 MDH), atténuée toutefois par la baisse des ventes de l'acide phosphorique (-1.981 MDH) », a-t-il expliqué soulignant que la part de ce secteur dans le total des exportations est passée de 15,6% à fin avril 2019 à 19,5 à fin avril 2020. Ce qui correspond à un gain de 3,9 points.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.