Cameroun: Kribi - La révolution douce

100 jours après son élection, Guy Emmanuel Sabikanda apporte un souffle nouveau dans la cité balnéaire.

« 100 jours déjà ! Que le temps passe vite !» S'exclame Guy Emmanuel Sabikanda. Le maire de la ville de Kribi sait qu'il est dans une course contre la montre. Depuis le 4 mars 2020, le jour de la passation technique de services, le nouveau maire de Kribi s'est mis à écrire son histoire. Une histoire qui, dit-il, témoignera pour lui. Guy Emmanuel Sabikanda a un rêve. C'est de faire de Kribi une ville moderne où les gens se sentent à l'aise.

Quatre jours seulement après avoir prêté serment, le maire de Kribi a lancé son premier projet : l'assainissement de la ville. Au marché Nkolbiteng, on l'a vu négocier avec les commerçants qui occupaient la voie publique et l'espace réservé aux parkings. Quelques jours plus tard, le maire est revenu mettre de l'ordre. De nos jours, le marché Nkolbiteng respire l'air de la modernité. Une joie pour les populations. Si l'on ne parvient pas encore à canaliser l'eau qui envahit la chaussée dans ce marché, Guy Emmanuel Sabikanda rassure qu'il ne trouve pas de sommeil tant que la situation persiste. Des études sont en cours pour une définitive.

De même, à la communauté urbaine de Kribi, Guy Emmanuel Sabikanda a réussi à diminuer la masse salariale. Ils étaient 140 personnels à son arrivée et consommaient 31 millions de F par mois. Depuis quelques semaines, ils sont 101 employés. Le maire veut fonctionner avec des personnes disposées à travailler.

« Son franc- parler ne laisse personne indifférent. En interne, il suscite quelques louanges, mais pas mal d'interrogations aussi. « Avec le nouveau maire, on ne transige pas. La vérité est supérieure à tout », fait savoir un employé de la CUK. Kribi se métamorphose. C'est vrai. Mais la pandémie du Covid-19 freine l'élan du maire de Kribi au point où dans certains coins de la ville, ils sont encore nombreux à s'interroger sur le chemin qu'il veut tracer.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.