Afrique: Blog - La « nouvelle normalité » pour les petites entreprises à vocation internationale

communiqué de presse

La pandémie de la COVID-19 a interrompu la production, le commerce, la consommation et nos vies en général d'une manière sans précédent. Les conséquences ont été catastrophiques pour des millions de personnes à travers le monde.

Les praticiens du commerce et du développement, les universitaires et le public réfléchissent de plus en plus à la période de reprise et aux implications pour la production, le commerce et le développement socio-économique.

Quatre aspects semblent revêtir une importance particulière pour que les micros, petites et moyennes entreprises (MPME) à vocation internationale se préparent à la « nouvelle normalité » et soient à l'avant-garde pour générer la résilience, l'inclusivité, la durabilité et la croissance à l'avenir.

1. Renforcer le dialogue public-privé pour la robustesse et la transparence des chaînes d'approvisionnement internationales

La crise actuelle prouve que, rendre les chaînes d'approvisionnement efficaces et réduire les barrières commerciales est vital pour l'approvisionnement en biens essentiels, en particulier pour les pays en développement. Cependant, les pratiques liées au commerce au cours des dernières années ont vu une augmentation des mesures restrictives pour le commerce, combinée à un soutien politique décroissant pour une économie mondiale ouverte et le multilatéralisme. Actuellement, l'Organisation mondiale du commerce constate un nombre croissant de restrictions à l'exportation en réponse à la crise de la COVID-19.

De meilleures approches de partenariat public-privé peuvent déterminer et surmonter les contraintes qui entravent normalement les réapprovisionnements rapides en produits essentiels. À plus grande échelle, il existe souvent un décalage entre les opérations verticales des chaînes d'approvisionnement, souvent au-delà de plusieurs frontières, et les dialogues multilatéraux horizontaux sur les cadres réglementaires et les sujets connexes dans le dialogue public-privé.

Prenons par exemple la production d'une voiture. Les nombreuses pièces qui entrent dans une voiture sont généralement produites et assemblées dans de nombreux pays. Les pièces entrant dans une boîte de vitesses, par exemple, peuvent être produites dans différents pays et assemblées dans une boîte de vitesses dans un pays tiers. La boîte de vitesses est ensuite expédiée dans un quatrième pays où elle est placée dans la voiture et montée sur le moteur. La voiture est ensuite expédiée dans un cinquième pays où elle est vendue. Comme la production a lieu dans de nombreux pays, c'est également de la même manière que ces pays sont régis par différentes réglementations nationales informées par des dialogues privés-publics nationaux. Pourtant, ils font partie d'une chaîne d'approvisionnement verticale. Par conséquent, que les d'approvisionnement soient organisées verticalement et les dialogues public-privé organisés horizontalement pose problème. La mise en place de cadres de dialogue privé-public verticaux le long des chaînes d'approvisionnement permettrait d'aborder les questions tout au long de la chaîne de manière plus cohérente.

Une solution pourrait être de faire en sorte que les opérations des chaînes d'approvisionnement internationales soient reflétées par une structure institutionnelle, par exemple par des conseils de chaîne d'approvisionnement avec des participants des secteurs public et privé des pays dans lesquels les différentes fonctions des chaînes d'approvisionnement existent. Le concept de conseil international de la chaîne d'approvisionnement, promu¹ entre autres par Bernard Hoekman, apparaît très pertinent dans le contexte actuel avec un besoin de déploiement rapide des marchandises et de solution à long terme.

Les conseils de la chaîne d'approvisionnement pourraient conduire à de meilleurs dialogues privé-public sur les cadres réglementaires qui garantiraient la fiabilité des opérations et une meilleure transparence dans les chaînes de valeur. Il s'agirait concrètement d'adopter les chaînes d'approvisionnement, de ne pas les rejeter, et de reconnaître que la préservation de l'ouverture du commerce et des marchés n'est pas en contradiction avec le renforcement de la résilience nationale aux chocs causés par les épidémies de virus ou d'autres facteurs externes.

2. Renforcer les écosystèmes dans lesquels opèrent les petites entreprises pour les protéger à l'avenir

La pandémie de la COVID-19 a gravement touché les MPME à travers le monde de trois manières fondamentales : un effondrement de l'offre, un effondrement de la demande et des exigences de confinement.

Dans certains pays de l'OCDE, les gouvernements ont fourni des programmes de soutien financier pour atténuer le coup de la crise. La plupart des pays en développement ne sont pas en mesure de le faire au détriment de leurs MPME et des communautés touchées.

La situation actuelle fait apparaître la nécessité de disposer d'écosystèmes plus fiable pour soutenir les petites entreprises et leur production, leurs emplois, leurs moyens de subsistance et leur bien-être social. Un meilleur accès à l'information, la résolution des problèmes logistiques et d'autres obstacles, un meilleur accès au financement, aux marchés publics, au commerce en ligne, à la réduction des impôts, etc. sont des éléments

En outre, des « tests de résistance » des écosystèmes favorables dans lesquels opèrent les MPME pourraient être une bonne idée. Un test de résistance ou de pression peut faciliter la détermination des faiblesses des systèmes et informer l'approche pour renforcer leur fiabilité. Les tests de résistance et de choc des systèmes financiers au lendemain de la crise financière de 2008 - 2009 ont fourni des informations intéressantes et utiles pour rendre ces systèmes plus résistants.

Au sein des écosystèmes d'affaires, les institutions concernées jouent un rôle particulier. Un aperçu clé de la crise actuelle est que des institutions capables et compétentes, soutenues par la confiance des citoyens dans ces institutions, font une énorme différence pour la capacité des pays à faire face à la crise. Cela s'applique aux organisations de soutien aux entreprises ainsi qu'à d'autres organisations en général.

3. Le commerce est à coup sûr un puissant vecteur de croissance et de bien-être pour la société, mais nous avons besoin de meilleurs résultats commerciaux dans le monde post-Covid-19d

Les femmes, les jeunes et les communautés pauvres sont les plus durement touchés par les effets de la COVID-19. Dans l'ensemble, les MPME dirigées par des femmes ou des jeunes disposent de moins de ressources et ont moins accès aux marchés, à l'information et au financement que les entreprises dirigées par des hommes. En tant qu'employés, les femmes et les jeunes occupent souvent des postes vulnérables - et beaucoup opèrent dans des secteurs actuellement confrontés à une demande considérablement réduite, comme le tourisme et l'hôtellerie, le textile et l'habillement, la vente au détail, etc.

Les communautés agricoles pauvres sont confrontées à un triple défi des problèmes de changement climatique, souvent combiné à des fluctuations de prix substantielles et maintenant à une crise sanitaire approfondie. Les problèmes climatiques ont pratiquement disparu des gros titres de l'actualité quotidienne, mais les préoccupations environnementales seront toujours présentes après la pandémie de la COVID-19.

En perspective de la fin de la crise de la COVID-19, ces défis laissent entrevoir que nous avons besoin de résultats plus justes, plus équitables et plus durables pour assurer un monde prospère, robuste, inclusif et vert. ils font également comprendre qu'une part substantielle des plans de relance économique devrait être orientée vers des solutions durables et être en faveur des pauvres en mettant l'accent sur les activités à forte intensité de main-d'œuvre et les initiatives à mise en œuvre rapide.

4. Trouver des solutions globales aux problèmes mondiaux

La COVID-19 a reconfirmé notre interdépendance en tant que communauté mondiale et la nécessité d'un dialogue mondial pour trouver des solutions mondiales aux problèmes mondiaux, qu'ils soient liés à une éventuelle autre épidémie de virus, aux problèmes environnementaux ou sociaux.

Les dialogues internationaux et le multilatéralisme sont importants pour assurer la reprise et la résilience à la sortie de cette crise. Les institutions qui facilitent ce dialogue et établissent les règles et directives connexes qui nous guident en tant que communauté mondiale, comme les Nations Unies, sont des acteurs essentiels dans cet espace.

Plus de: ITC

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.