Madagascar: Souveraineté sur les Îles éparses - Madagascar ne rompt pas les discussions avec la France

: Le ministre des Affaires étrangères, membre de la commission mixte franco-malgache, veut l'effectivité des résolutions des Nations unies en 1979.

La diplomatie malgache reste fidèle à sa ligne directive en ce qui concerne les Îles éparses. La seule voie de la négociation est privilégiée pour décrocher la souveraineté sur les îles Glorieuses, Bassa da India, Europa et Juan de Nova.

C'est ce que le ministre des Affaires étrangères a laissé entendre, mardi dernier, devant l'Assemblée nationale.

Si la France ne recule pas sur son projet de faire des îles Glorieuses une réserve naturelle, Madagascar réitérera, selon le ministre des Affaires étrangères, Liva Tehindrazanarivelo, « son opposition à ce projet lors de la seconde rencontre » de la commission mixte franco-malgache.

Une manière de dire pour ce dernier que Madagascar ne compte pas quitter la table des négociations pour réclamer la « pleine souveraineté » sur ces îles situées dans le canal de Mozambique.

Et ce malgré la volte-face de la France en plein pourparler concernant ces îles. Depuis la publication du projet français, le 11 mai dernier, des voix se sont levées dans le pays pour dénoncer la « provocation » française derrière ce projet de réserve naturelle sur les îles Glorieuses.

Et, cette prise de position française jugée « unilatérale » a provoqué une tension diplomatique entre les deux pays.

Le ministre malgache des Affaires étrangères « convoque » l'ambassadeur français, Christophe Bouchard, pour lui exprimer « l'opposition ferme du gouvernement malgache ».

Et, Madagascar reviendra à la charge lors de seconde réunion de la commission mixte franco-malgache.

La tenue de ce second tour des négociations dépendra, pourtant, selon Liva Tehindrazanarivelo, de la reprise des vols internationaux s'il devrait avoir lieu en mars dernier.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.