Afrique: L'UNFPA se félicite de l'approbation par la Banque mondiale d'un montant supplémentaire de 376 millions de dollars pour faire progresser l'autonomisation des femmes et des filles dans le continent

La Banque mondiale a accordé un montant supplémentaire de 376 millions de dollars, portant son investissement à 680 millions de dollars pour renforcer le capital humain et impacter le développement des pays africains.

« La Banque mondiale estime qu'il ne peut y avoir de croissance économique durable sans l'autonomisation des femmes et considère la pleine participation et inclusion des filles et des femmes comme un facteur clé progrès du continent « , insiste Deborah Wetzel, Directrice de l'intégration régionale en Afrique à la Banque mondiale.

Amplitude plus large

La phase 2 du projet intensifiera les activités au Tchad, en Côte d'Ivoire, au Mali et en Mauritanie pour les étendre à deux nouveaux pays: le Cameroun (75 millions de dollars) et la Guinée (60 millions de dollars). Se félicitant de l'autorisation de SWEDD 2, Mme Natalia Kanem, directrice exécutive Fonds des Nations Unies pour la population, a déclaré: «un investissement dans les femmes et les filles est un investissement dans un avenir équitable. »

Rappelant l'importance d'investir dans le capital humain, Mabingue Ngom, Directeur régional de l'UNFPA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, a déclaré: «L'autorisation de SWEDD II change la donne dans nos efforts pour autonomiser les femmes et améliorer la vie des filles et des femmes au Sahel. Cela accélérera certainement une transition démographique et s'impose comme un changement transformateur accéléré dans la région. Notre gratitude à la Banque mondiale pour le soutien à l'échelle de ce projet que nous nous efforçons vers des interventions plus réussies. »

Outre les axes stratégiques et les interventions de la phase 1, l'intégration des lois et réglementations, normes religieuses et coutumières, et la prévention et une meilleure réponse à la violence à l'égard des femmes être au premier plan. Les investissements faciliteront également l'accès aux médicaments essentiels, y compris la prestation de contraceptifs au niveau communautaire et renforcer les capacités des sages-femmes à travailler avec les femmes et les adolescentes dans les zones rurales. L'une des composantes importantes de SWEDD 2 se concentre sur le renforcement des cadres juridiques, de soutenir les droits des femmes à la santé et à l'éducation. Les activités financées par le projet ont été définies aux niveaux national et régional, à la suite de consultations entre parlementaires, juges et avocats, pays couverts par le projet SWEDD et au-delà. Ils concernent le renforcement de la législation et des pouvoirs judiciaires, ainsi que la promotion de la diffusion et de l'application de la législation en vigueur dans les communautés où les pratiques néfastes sont répandues

L'Union africaine, un partenaire stratégique

En outre, le projet a été enrichi par le fait, que l'Union africaine (UA) est un nouveau partenaire stratégique. Réunissant 55 États, l'UA est la plus grande organisation intergouvernementale du continent et, à ce titre, il constitue un forum de premier plan pour les transformations sociales et économiques. Ce partenariat consolidera la capacité de l'UA à servir de cadre à la codification des réformes politiques et juridiques, à faciliter échanges entre pairs et communiquer les progrès réalisés dans les domaines liés à la promotion de la femme l'autonomisation sur le continent. Le projet SWEDD est conforme à l'Agenda 2063 de l'Union africaine, ainsi qu'aux stratégies nationales des divers pays bénéficiaires. Il contribue également à l'intégration régionale du Groupe de la Banque mondiale et stratégie d'aide à la coopération, qui met l'accent sur le développement du capital humain et se concentre en particulier sur la promotion de l'autonomisation économique des femmes.

À propos du projet SWEDD et de l'avancement de la phase 1

L'initiative régionale SWEDD est une réponse concertée entre les Nations Unies et la Banque mondiale à l'appel à l'action lancé en 2013 par les chefs d'États sur les enjeux démographiques au Sahel. La phase 1 du projet a été mise en œuvre entre 2015 et 2019 (SWEDD 1) dans sept pays (Burkina Faso, Tchad, Côte d'Ivoire, Mali, Mauritanie et Niger), puis le Bénin. Avec la Banque mondiale, l'appui financier et la coordination générale proviennent des Fonds des Nations-unies pour la population (FNUAP) ainsi que par l'Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS). En tant qu'agence chargée des questions de population et de santé génésique, le choix du FNUAP est d'autant plus justifié, car les axes d'intervention de la SWEDD sont en droite ligne avec le mandat et l'approche de l'agence. Le FNUAP par l'intermédiaire de son Bureau régional pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre (WCARO), ou Le Secrétariat technique (STR) a mis en place des mécanismes de mise en œuvre grâce à une équipe dédiée, soutenue par un pool de consultants internationaux et nationaux et de points focaux SWEDD au FNUAP Bureaux de pays. La coordination du FNUAP a été appuyée par des partenaires spécialisés par la conduite régionale et promouvoir la campagne de communication sur le changement social et comportemental.

En quatre ans, SWEDD a contribué à un développement positif dans les domaines des compétences psychosociales et connaissances des jeunes filles en matière de santé sexuelle et génésique, de les garder à l'école et d'élargir leur perspectives économiques. Indicateurs clés axés sur l'éducation des filles, la fertilité des adolescents, la planification familiale, la santé de la mère et de l'enfant, le taux de dépendance des enfants et l'augmentation de l'âge du mariage ont vu des améliorations.

Plus de: Confidentiel Afrique

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.