Ile Maurice: Taxer les... futurs diabétiques

L'annonce phare pour ce secteur a été le décaissement de Rs 15 000 aux frontliners (les policiers sont également concernés). Et au niveau de la santé publique, l'Etat accordera Rs 12 milliards pour «relever les nouveaux défis». L'année dernière, Rs 13,3 milliards avaient été destinées à ce secteur.

L'Etat renforce la lutte contre les maladies infectieuses à travers la création d'un National Centre for Disease Control and Prevention. Puis, un nouveau service de laboratoire national.

Parmi les projets à venir : l'hôpital pour le cancer qui se devra d'être opérationnel d'ici décembre, un hôpital pour les yeux à Réduit, un hôpital universitaire à Flacq dont la construction démarrera en 2021, et une unité de transplantation rénale à l'hôpital du Nord.

Vient aussi le si décrié dans tous les rapports d'audit, le stockage de médicament. Renganaden Padayachy indique qu'un nouvel entrepôt sera construit.

L'Etat compte aussi s'attaquer au fort taux de prévalence du diabète dans le pays. La taxe sur certains produits sucrés, locaux ou importés sera ainsi doublée à compter du 5 juin. La taxe de 6 sous par gramme de sucre dans des produits de consommation non-essentiels sera étendue sur plusieurs articles à compter du 1er novembre.

Ces produits sont : les pâtisseries, bonbons, chewing gum, confiture, pâte de fruits ou fruits cristallisés, custard, ovaltine, céréals, yaourt, entre autres.

La taxe sur les boissons sucrées qui est, elle, de trois sous par gramme, sera doublée à compter du 5 juin. .

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.