Afrique: L'expertise en matière d'éradication de la polio soutient la réponse de l'Afrique au COVID-19

Brazzaville — L'expertise en matière d'éradication de la polio, qui a permis à l'Afrique d'être sur le point d'être certifiée exempte de poliovirus sauvage, a été mise en avant dans le cadre de la lutte contre le COVID-19. Un réseau d'intervenants du Programme d'éradication de la poliomyélite de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et d'organisations partenaires fournit des ressources et des compétences essentielles pour lutter contre la pandémie de COVID-19.

Bien que les tests soient au cœur de toute stratégie visant à contenir le virus, la Région a connu un nombre relativement faible de tests effectués. Depuis le début de l'épidémie, près de deux millions de tests ont été effectués dans la Région africaine de l'OMS, avec un taux moyen de 15,3 tests pour 10 000 habitants. Pour renforcer le diagnostic, le réseau de laboratoires de lutte contre la polio coordonné par l'OMS, qui comprend 16 laboratoires dans 15 pays, consacre désormais 50% de sa capacité aux tests de COVID-19. Des centaines de tests sont effectués chaque jour à l'aide de machines de dépistage de la polio en Algérie, au Cameroun, en Côte d'Ivoire, en Éthiopie, à Madagascar, au Nigéria, au Sénégal et en Afrique du Sud.

« En Afrique, personne n'a l'empreinte du Programme de lutte contre la polio ni l'expertise pour monter des campagnes de lutte efficaces. Ainsi, avec le COVID-19 menaçant de submerger les systèmes de santé, le vaste réseau de lutte contre la polio apporte une fois de plus un soutien crucial alors que les pays mettent en place des systèmes pour contenir le COVID-19 », a déclaré Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique.

La recherche des contacts a été un pilier central du soutien du Programme de l'OMS contre la poliomyélite à la réponse au COVID-19. Les applications de téléphonie mobile développées à l'origine pour que les agents de santé les utilisent dans la réponse aux flambées de polio et pour la surveillance des maladies ont été adaptées par l'OMS pour être utilisées contre le COVID-19. Au Zimbabwe par exemple, plus de 100 agents de surveillance des maladies utilisent ces outils pour les enquêtes sur les cas et la recherche des contacts dans de nombreuses provinces où le COVID-19 a été confirmé.

En outre, le centre du système d'information géographique (SIG) de l'OMS à Brazzaville - qui a été ouvert en 2017 pour soutenir le Programme de lutte contre la polio avec des technologies adaptées et la gestion des données - utilise sa grande expérience dans la riposte aux flambées et la surveillance des maladies pour aider les pays avec une gamme de technologies SIG et logicielles et des solutions manuelles pour répondre au COVID-19. L'équipe du SIG travaille désormais 24 heures sur 24 pour aider les pays à adopter la technologie pour répondre au COVID-19.

Plus de 2 000 experts de l'OMS, de l'UNICEF et du Rotary, ainsi que des consultants STOP des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, soutiennent la réponse au COVID-19 dans la Région africaine. Un quart du personnel de l'OMS affecté à la lutte contre la polio consacre plus de 80 % de son temps aux efforts de COVID-19, et 65 % d'entre eux prévoient un engagement de six mois ou plus.

Parallèlement à l'appui à la réponse au COVID-19, le personnel de l'OMS chargé de la polio maintient également des fonctions essentielles et prévoit de reprendre les campagnes de vaccination de masse contre la polio lorsque la situation le permettra.

« Il est important que le soutien à la réponse au COVID-19 ne mette pas en péril les progrès réalisés pour arrêter toutes les formes de transmission de la polio dans la Région. La lutte contre la pandémie ne doit pas se faire au détriment d'autres urgences sanitaires », a déclaré Dr Moeti.

À travers le continent, le COVID-19 a perturbé les campagnes de vaccination de masse contre la polio, conformément aux recommandations mondiales de distanciation physique qui visent à limiter la transmission du COVID-19. La suspension des campagnes de vaccination de haute qualité pourrait entraîner de nouvelles flambées de polio en raison d'une faible couverture.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.