Congo-Kinshasa: Fafa de Molokaï rejoint Papa Wemba dans l'au-delà !

Ancien chanteur du groupe Viva-la-Musica, Fafa de Molokai rejoint son maître, Papa Wemba, qu'il a bien immortalisé en 2016 à travers une chanson intitulé "Maestro". Ce disciple du Kuru yaka a rendu l'âme, ce 4 juin 2020, à Paris où il a élu domicile depuis 1992, de suite d'une courte maladie. Décédé à l'âge de 57 ans, l'artiste laisse une veuve et plusieurs enfants orphelins.

De son vrai nom Fabrice Fanfan, il a été rebaptisé Fafa de Molokai, nom de scène, lorsqu'il avait été amené au siège de Viva-la- Musica pour son intégration par le guitariste Seck Bidens.

Il était une figure remarquable dans la première ligne au niveau de l'attaque chant (chorale) à la création de Viva-la-Musica.

Particulièrement, Fafa a émerveillé, à l'époque, le public avec sa voix aux côtés de King Kester Emeneya et Bipoli na fulu, ses collègues de la génération Viva Fondation.

Au-delà de son talent, l'élégance, l'aisance et la gentillesse font partie de son caractère.

L'histoire renseigne que Fafa de Molokaï a commencé à pratiquer la musique, dans son fief natal à Boma, dans la province du Kongo central (Bas Zaïre), avec son ami Chimita el Diego, Chekedan, Mimi Ley et tant d'autres.

Avant de rejoindre Viva-la-Musica de Papa Wemba en 1977, l'illustre disparu était passé par l'orchestre Yoka Lokole, où il a été encadré par les musiciens tels que Mavuela Somo et Kisangani Espérant.

Dans l'orchestre Viva la Musica, Fafa de Molokaï a sorti 5 titres dont la chanson «chéri Gita» avait beaucoup marqué les esprits de fanatiques.

Chanteur de précision, il était parmi les meilleurs lieutenants de première heure qui ont accompagné le Chef du Village Molokaï, Shungu Wembadio alias Papa Wemba dans sa longue et brillante carrière musicale.

Fondateur de la fraction « Nouvelle Génération »

Le 13 octobre 1992, au moment où l'on s'y attendait le moins, la révolution s'éclate à nouveau au sein de Viva la Musica, provocant le départ en foison de plusieurs musiciens du groupe.

C'est en 1994, que Fafa de Molokai, suivi de Luciana, Awilo Longomba, Maray Maray, Djena Mandako, Fataki ya José, Lidjo Kwempa, le guitariste Bongo Wende et les autres abandonnent Papa Wemba pour donner naissance à l'orchestre « Nouvelle Génération » à Paris.

En dépit des obstacles de parcours, la "Nouvelle Génération" a connu un succès foudroyant mais éphémère à cause d'un confit du leadership en interne.

Quelques années plus tard, après la disparition de cette fraction, Fafa s'approche à nouveau de son Maître d'école avec qu'il renégocia sa réintégration dans "Molokaï International", le groupe qui accompagnait Papa Wemba dans les différentes productions sur la scène internationale. Malheureusement, cette expérience à court terme qui ne lui sera favorable aux côtés des autres artistes étrangers dans l'orchestre. Ainsi, Fafa se décida de prendre distance afin de poursuivre sa carrière musicale autrement mais surtout de se concentrer dans la vie de sa famille en Europe.

Il faut noter que son dernier disque réalisé avec "Nouvelle Génération" s'intitulait « Spéculation » sorti en 2013.

Une année après la mort du Chef du Village Molokaï, En 2017, Fafa avait lancé une chanson en hommage à Papa Wemba. Peu avant sa mort, Fabrice Fanfan et ses anciens collègues ayant évolué dans Viva-la-Musica, ont créé à Kinshasa un autre groupe musical «Les Ancêtres de Molokaï » dont l'objectif était d'immortaliser le nom de leur maître. Ils ont livré même des concerts avec d'autres projets discographiques que Fafa de Molokai ne réalisera plus finalement à cause de cette mort brutale qu'il emporte au grand dam de mélomanes du clan Viva.

Que son âme repose en paix !

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.