Afrique: Mort atroce de George Floyd aux etats-unis d'amerique - «droits-de-l'hommistes» et chercheurs dénoncent un «crime raciste et odieux»...

La mort atroce de George Floyd, suite aux brutalités policières subies lors de son arrestation, aux Etats-Unis d'Amérique, au-delà des séries de manifestations qui secouent le pays de l'Oncle Sam, continue de susciter des vagues d'indignation et de condamnation partout dans le monde. L'Afrique n'est pas en reste. A la suite de l'Union Africaine, c'est au tour des défenseurs de droits humains, du monde de la recherche (du Sénégal) et de la CEDEAO de s'indigner de cet assassinat barbare.

«Nous, Organisations de défense des droits de l'Homme et du monde de la Recherche exprimons notre profonde préoccupation, notre vive indignation et condamnons avec la dernière énergie la mort atroce, aux Etats-Unis de George Floyd. Ce crime raciste et odieux, est un déni absolu d'humanité, de dignité, de justice et interpelle gravement tous les Africains épris de Paix et de Justice». Ce sont des défenseurs de droits humains et du monde de la recherche du Sénégal qui s'indignent ainsi de la mort de George Floyd. C'est à travers un communiqué conjoint intitulé «Éradiquer le cancer du racisme dans le monde» et signé par Afrikajom center (Alioune Tine), la Raddho (Sadikh Niass), la Lsdh (Alassane Seck), le Forum social sénégalais (Mamadou Mignane Diouf), la Maison africaine de la poésie internationale (Amadou Lamine Sall) et l'Institut du genre et de la famille (Fatou Sow Sarr) Selon les signataires, «les colères, manifestations d'indignations et de révoltes que cet acte raciste et criminel soulève partout dans le monde montrent à satiété un rejet planétaire profond et salutaire.» C'est pourquoi «le Continent africain doit être en première ligne pour agir contre la haine raciale qui repose depuis des siècles sur la péjoration de la race noire qui a justifié l'esclavage et la colonisation.

La récurrence de l'assassinat des Noirs aux Etats-Unis s'inscrit aussi dans la continuité du temps long du déni d'humanité des Noirs.» Et d'insister : «Comme le reste de l'humanité, il faut que le Continent africain, ses fils et ses filles, son leadership politique et sa société civile, ses intellectuels et ses artistes se lèvent pour dire non à la haine raciale, exprimer leur solidarité agissante aux Afro-américains et réclamer justice pour George Floyd. L'Afrique n'est pas finie. Elle commence. Ce sont ses leaders qui renoncent à lutter qui sont finis. Le combat contre le racisme est un combat contre la survie et la dignité humaine pour le noir comme pour le blanc. C'est un combat de l'esprit. C'est un combat de civilisation.» Mieux, ces Organisations de défense des droits de l'Homme et du monde de la Recherche invitent «solennellement les Chefs d'État africains à assumer totalement le leadership de la lutte contre le racisme comme ils l'ont fait dans le passé en combattant farouchement la colonisation et l'apartheid», lit-on dans le document parvenu à la rédaction de Sud Quotidien.

La Cedeao cobdamne et soutient la désapprobation de l'UA

En dehors de ces organisations sénégalaises, à l'échelle sous-régionale, dans une déclaration en date du 3 juin et dont une copie est reçue à notre rédaction, la Commission de la Cedeao condamne également la mort de George Floyd. «La Commission de la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) condamne le décès tragique d'un noir américain non armé, M. George Floyd, des suites de violences policières au Etats-Unis d'Amérique. La Commission de la Cedeao voudrait saisir cette opportunité pour adresser à la famille et aux proches de M. Floyd, ses plus sincères condoléances», informe la source. Et d'ajouter qu'«à cet égard, la Commission de la Cedeao soutient également la désapprobation de cette situation par l'Union Africaine, telle qu'exprimée par le président de la Commission rappelant la Résolution historique contre la discrimination raciale aux Etats-Unis, adoptée par les Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA), déjà en 1964. La Commission de la Cedeao reste convaincue que la longue tradition démocratique des Etats-Unis d'Amérique inspirera les efforts pour trouver une solution permanente à ce phénomène malheureux», conclut le texte de l'instance regroupant 15 pays de la sous-région Ouest Africaine et dont le siège est à Abuja au Nigéria.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.