Cameroun: Siméon Kuissu - "Les chiffres annoncés par le gouvernement sont certainement en dessous de la réalité

interview

Médécin, spécialiste des maladies respiratoires en service aux cliniques universitaires les montagnes, Dr Siméon Kuisu évalue la prise de la chloroquine contre la covid-19 au Cameroun.

Comment appréciez-vous le protocole de lutte contre la Covid 19 au Cameroun à base de la chloroquine ?

Le protocole officiel avec la chloroquine est bon. Il faut seulement le compléter en fonction des données actualisées de la science, notamment les découvertes sur la formation des caillots dans les artères du poumon.

Dites-nous concrètement comment se passe ce traitement que l'on pourrait jugé de compassionnel ?

Un traitement est dit compassionnel lorsqu'il n'est pas basé sur un diagnostic de certitude ou lorsqu'on ne dispose pas de moyens pour exécuter le traitement recommandé, ou encore quand il n'existe pas de traitement efficace pour le cas et qu'il n'y plus aucun recours. Le traitement actuel peut être considéré comme compassionnel parce qu'il n'y a encore aucun consensus entre les médecins au plan international sur un protocole de traitement du COVID19.

Quelles sont les mesures à prendre au plan thérapeutique pour une prise en charge plus efficace des malades du coronavirus au Cameroun?

IL faut commencer le traitement dès que le diagnostic est fait, c'est-à-dire dès que le prélèvement naso-pharyngé est positif en PCR. Ceci peut être fait à la maison sur prescription d'un médecin, mais il faut alors rester sous surveillance téléphonique d'un médecin qui vous fera hospitaliser si votre état s'aggrave.

En quoi consiste le traitement ?

Aujourd'hui on a le choix entre plusieurs produits dont les plus connus sont : l'association chloroquine azithromycine du professeur Raoul, le traitement de Monseigneur KLEDA, le Covid organics malgache, et l'apivirine du prof béninois Valentin AGON. Il sera difficile de trouver les deux derniers au Cameroun. L'association chloroquine + azithromyine est la plus courante pour le moment, mais les gens recourent de plus en plus au médicament de Mg KLEDA qui doit encore faire ses preuves en dehors des affirmations du prélat. Les anticoagulants devraient être systématiquement associés. En effet il semble que le mécanisme de l'aggravation au cours du COVID19 repose plus sur la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins pulmonaires (embolie pulmonaire) que sur les dégâts provoqués dans le poumon par le virus lui-même.

Au fil des jours le chiffre des personnes contaminées annoncées par le ministre de la Santé publique gonfle, mais on ressent un relâchement- des mesures barrières notamment avec la programmation de la rentrée scolaire du 3eme trimestre. Quel commentaire cela vous inspire ?

Les chiffres annoncés par le gouvernement sont certainement en dessous de la réalité car beaucoup de personnes ne vont pas se faire dépister parce qu'ils ne veulent pas aller à l'hôpital où des mauvais traitements sont allégués. Il est certain aussi qu'il existe des tests positifs non déclarés.

Malgré cela les chiffres montent en flèche et c'est inquiétant. C'est pourquoi le relâchement causé par les messages dissonants du gouvernement est condamnable. Le gouvernement dit d'une part « mettez le masque » et d'autre part « vous pouvez aller boire dans les bars ». Est-ce qu'on peut boire avec un masque sur la bouche ? Il dit respectez un mettre de distance entre vous et en même temps allez en boite de nuit. Est-ce qu'on peut « coller la petite » à un mettre de distance ? Maintenant il ouvre les écoles, haut lieu de la promiscuité entre les enfants. Ces contradictions embrouillent les gens, qui ne savent plus de quel côté aller et certains en concluent malheureusement que COVIT19 est fini ! Le pic des contaminations est encore devant nous, alors que les conditions de prise en charge sont loin d'être à la hauteur des exigences actuelles.

Que pensez-vous de la manière dont les morts du Covid19 sont traités ?

C'est inhumain et cruel. Votre bien aimé entre à l'hôpital et vous ne le revoyez plus jamais, même pas son corps enterré à la hâte. Si vous arrivez à avoir le corps, les policiers vous poursuivent ou vous arrêtent au contrôle routier pour le récupérer. Ces cruautés sont injustifiables en dehors de considérations inavouables des chefs de terre et des hommes en armes.

Le corps d'un malade mort de COVIT19 n'est pas contagieux. Quand le malade meurt, le virus meurt aussi. A supposer même que le virus ne meurt pas, il est dans les poumons du mort. Avez-vous déjà vu un mort qui tousse, qui parle ou qui éternue ? Or la toux, la parole et l'éternuement sont les seules façons de sortir les virus des poumons pour contaminer une personne bien portante. Enfin, un corps désinfecté et enfermé dans un cercueil ne peut pas contaminer les gens qui touchent le cercueil !

Implorons le gouvernement pour qu'il arrête cette barbarie ridicule, irrespectueuse des morts, et qui aggrave la douleur des familles endeuillées.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.