Sénégal: Pr Moussa Seydi - « Nous nous basons sur nos résultats pour maintenir le traitement basé sur la chloroquine »

Le coordonnateur de la prise en charge des malades de la covid-19, le Professeur Moussa Seydi informe que le Sénégal n'a pas vécu ce que l'on craignait du fait des mesures prises très tôt et d'autres facteurs.

Pour étayer sa thèse, il indique que le taux de létalité au Sénégal est d'environ 1% pendant que la létalité était 2,5 fois plus élevée dans la région Afrique de l'OMS et 6 fois plus dans le monde. La prise en charge des malades de la Covid-19 est globale. Le Sénégal a opté pour le traitement basé sur la chloroquine et l'azithromicine.

Le traitement antiviral qui a suscité une grande polémique reste maintenue au Sénégal. « Nous nous basons sur nos résultats pour maintenir le traitement », indique le Pr Seydi. En effet, un projet de recherche a été lancé et a concerné 559 patients des sites de traitement de Fann, Diamniadio et Dalal Jam.

» Sur 559 sujets, 498 sont âgés de plus de 12 ans et l'âge médian est de 33 ans. L'étude a concerné aussi bien des hommes que des femmes avec des nourrissons de 4 semaines et des personnes de 85 ans », explique le professeur Seydi.

Toujours selon lui, un patient sur 5 avait une comorbidité et 65% de patients dans ces sites étaient symptomatiques.

De cette recherche est sortie l'efficacité réelle du traitement antiviral avec les résultats suivants: la durée médiane d'hospitalisation était de 10 jours et demi mais de 13 jours pour ceux qui n'avaient pas pris le traitement.

De même, « certains patients qui l'ont pris au stade précoce sont tous guéris sans complication et aucun n'est décédé ».

Ainsi, le Professeur Seydi indique que le traitement est efficace dans la prévention des cas graves. Par ailleurs, les patients qui présentaient des effets secondaires ont arrêté le traitement sans qu'il n'y ait de problème.

Cependant, Pr Seydi est d'avis que les personnes présentant des maladies chroniques comme l'asthme, le diabète... et les personnes âgées sont les plus vulnérables face à la maladie.

La maladie n'est pas une honte. Il a lancé un message afin d'arrêter la stigmatisation à l'endroit des personnes malades.

« Beaucoup de patients refusent de venir à l'hôpital et il y a même des personnes du corps médical », affirme-t-il avant d'insister sur le danger que représente la stigmatisation.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.