Cameroun: Insécurité dans l'Adamaoua - 130 gendarmes en mission

Sur hautes instructions du chef de l'Etat, 130 éléments du Groupement polyvalent d'intervention ont été déployés dans cette région pour renforcer la sécurité. Le détachement de Yaoundé est parti hier.

Une mission claire et des attentes précises exprimées par le haut commandement. Hier matin au Secrétariat d'Etat à la Défense, avant le départ de ce contingent pour l'Adamaoua, le lieutenant-colonel Kola, commandant du Groupement polyvalent d'intervention de la Gendarmerie nationale (GPIGN), est allé droit au but. « En réponse aux enlèvements et prises d'otages visant les populations de l'Adamaoua, le chef de l'Etat, chef des Forces armées a ordonné que des mesures fortes soient prises pour les rassurer et les sécuriser.

C'est à ce titre que ce détachement a été mobilisé pour renforcer la région de l'Adamaoua ». Et pour assurer le plein succès de cette opération de haute importance pour le président de la République, Paul Biya, des consignes strictes ont été données à ces valeureux pandores. « Le problème étant une question sécuritaire et la menace se trouvant au sein des populations, le seul moyen d'accomplir cette mission est d'être en symbiose et en synergie avec cette population. Pour cela, vous devez vous défaire d'un certain nombre de comportements déviants. Notamment le racket, les violences inutiles, des actions isolées qui ne sont pas ordonnées par votre hiérarchie.

Vous êtes ainsi tenus de suivre les instructions de vos chefs hiérarchiques », a martelé le lieutenant-colonel Kola. Le détachement de 30 hommes qui est parti du Secrétariat d'Etat à la Défense hier va rejoindre 50 éléments du GPIGN venus de l'ExtrêmeNord et 50 autres présents dans l'Adamaoua. Le GPIGN est une force spécialisée dans la lutte contre le terrorisme et la grande criminalité urbaine et rurale. Ce détachement entre également dans le cadre de la stratégie de renforcement du dispositif territorial de la Gendarmerie nationale.

Avant cette descente dans la région de l'Adamaoua, les éléments de ce corps d'élite sont intervenus aux côtés du Bataillon d'intervention rapide (BIR) pour tordre le cou aux adeptes de la secte Boko Haram. Ils agissent également dans les régions du SudOuest et du Nord-Ouest. Ce sont donc des hommes pétris d'expérience qui ont été déployés dans l'Adamaoua pour en finir avec les prises d'otages et enlèvements dans cette partie du pays. Cette réaction du haut-commandement intervient quelques jours après la rencontre entre l'élite de l'Adamaoua et le ministre de l'Administration territoriale.

Le 14 janvier dernier en effet, une délégation conduite par Ahmadou Tidjani était dans le cabinet de Paul Atanga Nji, pour présenter la situation alarmante causée par ces enlèvements : 1,2 milliard de rançons payées par les populations, 8 000 bœufs volés, une trentaine de personnes tuées... Le MINAT avait rassuré la délégation quant aux mesures urgentes qui devaient être prises par les pouvoirs publics pour endiguer le phénomène.

Dans son allocution au cours de la cérémonie de triomphe de la 36e promotion de l'Ecole militaire interarmées (EMIA), le 18 janvier dernier, le chef de l'Etat, chef des Forces armées, était revenu sur la question. « J'ai donné des instructions fermes à nos forces de défense et de sécurité pour mettre un terme à ces agissements répréhensibles », avait indiqué le président Paul Biya. 12 jours après cette déclaration, voici un important détachement en route pour l'Adamaoua.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.