Tunisie: Retour progressif à la vie normale - Quelle utilité pour le couvre-feu ?

Alors que la saison estivale vient de démarrer et que les cafés et restaurants ont rouvert, il est insensé de maintenir le couvre-feu, d'autant plus qu'il ne s'agit pas d'une menace sécuritaire, mais plutôt d'ordre sanitaire.

La crise du coronavirus semble être derrière nous, d'autant plus que la Tunisie a entamé la troisième et dernière phase de confinement ciblé qui prend fin le 14 juin prochain. Une dernière phase qui se caractérise par la reprise de pratiquement tous les secteurs, mais surtout la levée des restrictions imposées sur les déplacements entre les gouvernorats, et qui renvoie certainement à une amélioration de la situation épidémiologique, la pandémie étant maîtrisée. Sauf que pour les Tunisiens, alors que la saison estivale vient de démarrer et que les cafés et restaurants ont rouvert leurs portes aux clients, il est insensé de maintenir le couvre-feu, d'autant plus qu'il ne s'agit pas d'une menace sécuritaire, mais plutôt d'ordre sanitaire.

En effet, la Tunisie a enregistré une nette amélioration au niveau de la situation épidémiologique, ces deux derniers jours. Selon les bilans présentés par le ministère de la Santé, aucun nouveau cas de contamination au coronavirus n'a été enregistré. Ainsi maintenir le couvre-feu dans cette saison estivale s'avère pour certains insensé, surtout si on sait que la majorité des commerces, hôtels et centres de loisirs ont rouvert. Encore faut-il se pencher sur l'application rigoureuse des dispositions sanitaires, plutôt que de maintenir cette mesure, qui, selon plusieurs témoignages, n'est pas respectée à 100%.

En tout cas, pour Rachida Ennaifer, chargée de communication auprès de la Présidence de la République, le couvre-feu restera en vigueur de 23h00 à 5h00 jusqu'à nouvel ordre. Selon ses explications, cette mesure sera revue d'ici quelques jours, mais restera étroitement liée à l'évolution de la situation épidémiologique.

Annulation des voyages nocturnes

En raison de la nette amélioration de la situation épidémiologique, plusieurs appels ont été lancés sur les réseaux sociaux réclamant la levée de cette mesure, devenue insensée. C'est dans ce sens que le député Hichem Ben Ahmed a estimé nécessaire de mettre fin au couvre-feu, surtout que la quasi-totalité des établissements sont ouverts. Pour lui, cette mesure a généré « des problèmes de rush sur les moyens de transport au dernier moment, et des comportements de conduite dangereuse des automobilistes, surtout durant les dernières minutes avant l'horaire du couvre-feu ».

Impactée par cette décision, la Société nationale de transport interurbain (Sntri), qui vient de reprendre du service, a indiqué que les voyages durant les heures de couvre-feu sont considérés comme annulés jusqu'à nouvel ordre, compte tenu de la poursuite du couvre-feu de 23h00 à 5h00.

La Sntri s'est excusée auprès de ses clients qui ont acheté des tickets pour les dessertes nocturnes, indiquant que leurs tickets déjà acquis resteront valables pour le lendemain matin et qu'ils pourront se faire rembourser.

Rappelons que c'est face à la détérioration de la situation épidémiologique et suite à une pression sociale, notamment sur les réseaux sociaux, que le chef de l'Etat avait décrété, le 17 mars dernier, le couvre-feu sur tout le territoire national de 18h00 à 6h00.

A l'occasion du mois de Ramadan, il a été allégé de 20h00 à 6h00. Des dispositions qui intervenaient pour limiter la propagation du coronavirus. Le 13 mai dernier, le président de la République a décidé de réduire les horaires du couvre-feu de 23h00 à 5h00, suite à l'amélioration de la situation sanitaire.

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.