Algérie: Bernaoui - "Nous avons soumis notre programme de reprise au MJS"

Alger — La Fédération algérienne d'escrime (FAE) a soumis son programme de reprise des activités au ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) et attend le feu vert de la tutelle pour reprendre les compétitions après la levée du confinement imposé en raison de la pandémie de coronavirus (Covid-19), a-t-on appris samedi de l'instance fédérale.

"Nous avons préparé notre programme de reprise des activités post-Covid qu'on a soumis au MJS.

Nous attendons l'aval du ministère pour entamer les entraînements et les compétitions", a déclaré le président de la fédération, Raouf Salim Bernaoui, à l'APS.

Selon le patron de l'instance fédérale, les entraînements de l'élite reprendront immédiatement après la réouverture des salles de sport, suivis deux semaines plus tard par les compétitions, des minimes jusqu'aux seniors.

Toutes les compétitions ont été suspendues et les salles de sport fermées en Algérie depuis le 16 mars dernier sur instruction du MJS pour empêcher la propagation du Covid-19, ce qui a perturbé le programme d'activité de l'ensemble des fédérations, dont certaines, à l'image de la natation et du rugby, ont préféré carrément mettre fin à leur saison.

Interrogé sur les mesures sanitaires adoptées par la FAE en prévision de la reprise, l'ancien escrimeur de l'équipe nationale a fait savoir qu'il y aura moins de combats au programme pour diminuer le nombre d'athlètes dans la salle.

La Fédération algérienne d'escrime avait bouclé ses épreuves de coupe au début de l'année, à l'inverse de celles de championnat (toutes catégories, dans les deux sexes), qui devait se faire avant le mois sacré du Ramadhan.

A rappeler que Bernaoui a repris les commandes de la FAE le 7 mars dernier, à l'occasion de l'assemblée générale ordinaire qui avait validé son retour à la tête de l'instance fédérale après la fin de sa mission en tant que ministre du secteur.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.