Congo-Brazzaville: Michel Ngoualali lance « Muana JMC »

« Muana JMC », la chanson phare de l'opus, est présente en version vidéo, sur toutes les plates-formes de téléchargement dont Youtube. Les deux autres chansons à savoir « Mobikisi » et « Mystère » le sont en version audio.

L'artiste retrace dans la chanson « Muana JMC » sa carrière musicale de Brazzaville à Kinshasa. Par contre, l'épopée African-Fiesta-Sukisa est largement contée à travers la chanson "Mobikisi". Comme toute histoire, celle-ci renferme encore des aspects souvent pas trop exploités.

L'auteur compositeur de la chanson « Muana JMC » a indiqué qu'il est confronté à un financement adéquat pour faire la promotion de ce maxi-single. « Je sollicite les amateurs de la bonne musique de télécharger ces chansons en attendant leur sortie officielle sur le marché du disque », a-t-il déclaré.

Le flutiste Michel Ngoualali fut un ancien sociétaire de l'orchestre les Bantous de la capitale, dans les années 1967.

Son enrôlement en 1967 est intervenu à une époque qui peut être considérée comme étant la plus glorieuse de l'orchestre African-Fiesta Sukisa, basé à Kinshasa, actuelle capitale de la République démocratique du Congo (RDC). Certaines sources soutiennent que Michel Ngoualali aurait stimulé le docteur Nico à créer la célèbre danse « Kiri-Kiri mabina ya sika », dont les premières esquisses auraient vu le jour à Brazzaville.

Dans l'African-Fiesta Sukisa, Michel Ngoualali avait composé deux œuvres : « Capacité ya bolingo », dédiée à Munga Francisca, et « Kantshita », plébiscitée meilleure chanson de l'année 1968.

Notons que Michel Ngoualali faisait partie des dissidents qui avaient formé l'African-Soul en 1969, avant la disparition de Chantal Kazadi à Luluabourg (Kananga) en RDC.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.