Congo-Kinshasa: Succession de Kabund au bureau de l'Assemblée - l'UDPS s'en remet à l'arbitrage du président Tshisekedi

Pour le groupe parlementaire de cette formation politique, l'autorité de référence de leur parti doit s'imposer afin de ne pas perdre ce poste « stratégique ».

Les députés devront élire le remplaçant de Jean-Marc Kabund à la première vice-présidence de l'Assemblée nationale, le 12 juin 2020.

« L'élection du premier vice-président aura lieu au cours de la séance plénière du 12 juin 2020 à partir de 12 heures », a annoncé la présidente de la Chambre basse du Parlement, Jeannine Mabunda, aux députés.

Au sein de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le remplacement de son président par intérim au bureau de l'Assemblée nationale n'a pas fait l'unanimité.

Le choix de son successeur continue à diviser. Le secrétaire général du parti au pouvoir en RDC, Augustin Kabuya, a officiellement instruit les députés membres de leur formation politique à ne pas postuler à ce poste laissé vacant par l'éviction de l'un de leurs et qui reviendrait de droit à l'UDPS.

Pour décanter la situation, le groupe parlementaire UDPS en appelle à l'intervention personnelle du chef de l'Etat, Félix-Antoine Tshisekedi.

Les députés membres de cette formation politique, par le président de leur groupe, Léon Mubikayi intervenu sur les antennes de Top Congo, disent, en effet, s'en référer à leur autorité de référence pour décanter la situation afin que leur parti ne perde pas ce poste stratégique.

« On est arrivé à un niveau où on ne peut compter que sur le chef de l'Etat. C'est lui qui doit déterminer qui est son candidat pour ce poste, qui est très important pour l'UDPS.

Le parti a décidé qu'on ne pouvait pas chercher à briguer ce poste mais, moi, je pense qu'il était temps que le président s'impose pour ne pas perdre ce poste », a-t-il déclaré.

A en croire ce député de l'UDPS, des conseils ont été donnés mais, comme il est toujours difficile de trouver un compromis au sein, la référence est faite au président Tshisekedi pour mettre fin à cette polémique.

Le programme déjà établi

Dans ce communiqué émis pour l'annonce de la date du scrutin pour combler le vide laissé par la déchéance, le 25 mai dernier, du Jean-Marc Kabund du poste du premier vice-président de la Chambre basse du Parlement congolais, la présidente Jeannine Mabunda a également étalé tout le programme conçu pour le remplacement de ce membre du bureau de cette institution.

Selon ce canevas, le dépôt des candidatures ira du samedi 6 au lundi 8 juin à 17 heures ; alors que leur examen et affichage des listes des candidats sont prévus pour le 9 juin.

La compagne électorale est programmée du 9 au 10 juin à minuit. Puis, l'audition des messages des candidats, le vote et l'installation du premier vice-président de l'Assemblée nationale interviennent le jeudi 12 juin à parti de 12 heures dans la salle de plénières.

Jean-Marc Kabund, rappelle-t-on, a été évincé de ce poste de premier vice-président de la Chambre basse du Parlement à la suite d'une pétition initiée par le député Jean-Jacques Mamba, qui l'avait accusé d'affirmer sans preuve que le congrès allait coûter sept millions de dollars américains.

Une vive tension avait été observée dans la salle de plénières, le 25 mai, avant le vote qui avait conduit à l'éviction de Kabund de son poste. Les députés UDPS, mécotents avaient, par la suite, quitté la salle, laissant le vote se tenir sans eux.

Dans ses premières déclarations, le premier-vice président déchu avait accepté cette décision de ses collègues députés, avant de se retracter.

De son côté, son parti, l'UDPS n'a jamais accepté cette déchéance.

Ce qui l'avait conduit à instruire les députés membres de son groupe parlementaire à ne pas postuler à ce poste pour succéder à Jean-Marc Kabund.

Devant ce risque de voir ce poste leur échapper, les députés UDPS ont eu recours à Félix-Antoine Tshisekedi de qui ils disent attendre de trancher en "s'imposant".

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.