Kenya: Le pays se lance dans les safaris virtuels pour soutenir le tourisme

Nairobi espère maintenir à flots le secteur du tourisme à l'arrêt depuis mars 2020 à cause de la crise liée au Covid-19. Un secteur stratégique qui représente 10% du PIB national et emploie plus d'un million de Kényans.

Embarquez à bord d'une voiture de safari et suivez le guide pour admirer lions, rhinocéros et autres mammifères emblématiques du Kenya. C'est ce que propose désormais le ministère kényan du Tourisme.

Durant six semaines, il diffusera sur les réseaux sociaux les images d'un safari en direct dans l'un des parcs du pays.

Un virage 2.0 pour maintenir à tout prix le Kenya en pole position des destinations favorites des voyageurs.

« Nous irons dans 16 endroits différents et diffuserons plusieurs aspects de chaque destination : la faune sauvage, les plages, les réserves, les communautés locales.

Cela permet de donner au public un avant-goût de ce qui les attend une fois que le business sera relancé », explique Betty Radier, responsable du conseil national du tourisme.

We will be taking you on a Safari across Kenya to show you the Magic that Awaits you as you plan to travel to see us soon.

All of this footage was shot at the end of May in Ol Kinyei Conservancy where the wildlife is more spectacular than ever. pic.twitter.com/lsXSN29R0s

Kenya Tourism Board (@magicalkenya) June 4, 2020

Moins de moyens pour protéger la faune sauvage

Rappeler les images du Kenya au bon souvenir des voyageurs. Pour le ministère du Tourisme, c'est une priorité car depuis trois mois, le secteur est en berne.

Des établissements touristiques ferment les uns après les autres et des milliers Kényans perdent leur emploi.

Sans parler de la faune sauvage dont la protection s'affaiblit par manque de moyens.

Les autorités s'inquiètent d'un retour en force du braconnage dans le pays.

Un éléphant d'une quarantaine d'années et deux girafes ont déjà été abattus ces dernières semaines.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.