Congo-Brazzaville: Nganga Edo, la mort d'un doyen de la musique congolaise

Nganga Edo, auteur-compositeur et chanteur, était le dernier survivant des Bantous de la capitale, le plus célèbre des orchestres de Brazzaville, qu'il avait contribué à créer en 1959.

Passé aussi par le mythique OK Jazz à Kinshasa, il a tiré sa révérence hier soir, dimanche 7 juin, à l'âge de 87 ans.

La dernière fois qu'il a chanté, c'était pour participer à un message de sensibilisation contre la pandémie de Covid-19, il y a deux mois. Nganga Edo était un monument de la musique congolaise des indépendances, un membre fondateur des mythiques Bantous de la capitale à Brazzaville.

Les Bantous de la capitale, l'aventure de sa vie

Né un an avant l'indépendance du pays, ce groupe a fait le tour du continent, dans les années qui ont suivi, avec des tubes comme Osala Ngaï Nini, Rosalie, Comité Bantou, Masuwa.

L'an dernier, les Bantous de la capitale célébraient leurs 60 ans, avec une nouvelle génération. Seul rescapé de la première heure : Nganga Edo, chanteur, auteur-compositeur.

Menuisier de formation, il avait choisi au début des années 1950 de se consacrer à sa passion, la musique.

D'abord au sein d'un groupe baptisé Negro Jazz, à Brazzaville, puis de l'autre côté du fleuve, à Kinshasa, dans le mythique Tout Puissant OK Jazz, auprès de Franco, entre autres. Avant donc de lancer les Bantous de la capitale, l'aventure de sa vie.

La rumba congolaise moderne

C'est dire que Nganga Edo aura contribué à façonner la rumba congolaise moderne.

Sa vie et son œuvre ont d'ailleurs fait l'objet d'un documentaire diffusé l'an dernier auprès du public brazzavillois, qui aura eu ainsi l'occasion d'honorer le patriarche de la rumba congolaise avant sa mort.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.