Cameroun: Lions indomptables - Il était une fois ... le 8 juin 1990

Le Cameroun a créé la sensation en venant à bout de l'Argentine, tenant du titre, lors du match d'ouverture du Mondiale italien. 30 ans après, l'exploit reste historique

«Assurément, aujourd'hui fera date dans l'histoire du football camerounais ». Lorsque Blaise Evina Ndo, journaliste à Cameroon Tribune couchait ces mots dans un article paru quelques heures avant le coup d'envoi de la 14e édition de la coupe du monde, il n'imaginait certainement pas à quel point il avait raison. Ce 8 juin 1990 à Milan (Italie) en effet, le Cameroun est la première équipe africaine à ouvrir la compétition. Et pas face à n'importe qui puisque la bande à Valeri Nepomniachi affronte ni plus ni moins le tenant du titre, l'Argentine. Avec dans ses rangs, un certain Diego Armando Maradona. La presse mondiale regarde avec condescendance cette petite équipe africaine qui devrait servir de mise en bouche à un des favoris de la compétition. Surtout qu'entre la préparation difficile en Yougoslavie critiquée par Joseph Antoine Bell ce qui lui vaudra une mise à l'écart à la veille du match d'ouverture alors qu'il était le titulaire attitré, les problèmes de primes ou encore le retour de Roger Milla dans la tanière contre l'avis de certains, l'ambiance n'est pas forcément des plus sereines chez les Camerounais.

Dans ce duel à la David et Goliath, le public milanais, qui a clairement une dent contre Maradona le Napolitain, a pris fait et cause pour le petit poucet du groupe B dans lequel on retrouve également la Roumanie et l'URSS. Dans les tribunes, le président Paul Biya a fait le voyage pour assister à la première sortie de son pays. Personne alors ne s'attend à ce qui va suivre. Passe encore qu'après la première mi-temps, l'Argentine de Carlos Bilardo n'a pas encore marqué. Il faut dire que les Camerounais ne lésinent pas sur l'impact physique et la rugosité dans le jeu. Et c'est un euphémisme (près de 28 « agressions » camerounaises contre 9 pour leurs adversaires). Diego Maradona passe une partie du match à se remettre stoïquement de ses « chutes ». « Ils n'arrivaient pas à déployer leur jeu. Notre objectif était de les contenir jusqu'à la mi-temps. On a eu quelques occasions.

Eux aussi, mais c'était assez fermé », témoignera André Kana-Biyik. L'entrée de Claudia Cannigia au retour des vestiaires va donner des sueurs froides aux Camerounais. L'arbitre français Michel Vautrot se montre lui un peu agacé par ces Africains qui ne plient pas l'échine. André Kana Biyick est expulsé pour un croche-pied sur Canni- gia à la 60 e min. Quelques minutes plus tard, coup de tonnerre sur la pelouse. Sur un coup franc tiré par Emmanuel Kundé, Cyrille Makanany dévie le ballon qui prend de la hauteur. François Omam Biyick, le frère de l'autre, saute plus haut que le défenseur Sensini pour inscrire le premier but de ce Mondiale 90 après une er- reur du gardien Pumpido. Le Cameroun mène l'Argentine 1- 0 (67 e min). Et le score ne changera pas. Malgré les tentatives de Cannigia qui continue de donner du fil à retordre aux Lions indomptables. Ce qui lui vaudra de se familiariser avec le gazon du San Siro. C'est d'ailleurs une faute sur lui, qualifié par certains de découpage à la tronçonneuse, qui vaudra l'expulsion de Benjamin Massing. Ce dernier perdra d'ailleurs sa chaussure sur le moment.

Le Cameroun terminera donc héroïquement la rencontre à 9 contre 11, en se montrant solide en défense et efficace sur leurs rares occasions. Mondiale italien déjà réussi pour les Lions qui pouvaient bien rentrer après ce match avec le sentiment du devoir accompli. Mais la légende n'a fait que commencer au crépuscule de ce 8 juin 1990. Et la suite du parcours de Stephen Tataw et ses coéquipiers fait partie de l'histoire. Le Cameroun viendra en effet à bout de la Roumanie (1-2) lors de sa deuxième sortie, validant son ticket pour les1/8e de finale, malgré une défaite 4-0 contre l'URSS. Une victoire 2-1 avec un show en mondovision de Roger Milla face à la Colombie ouvrira les portes des quarts de finale où l'aventure s'arrête contre l'Angleterre (3-2 après prolonga- tions) au cours d'un match épique qui a laissé quelques regrets .

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.