Burkina Faso: 41e CASEM du ministère des Sports et des Loisirs - Le renouvellement des structures sportives au cœur des échanges

Il s'est tenu, les 4 et 5 juin 2020 au Palais des sports à Ouagadougou, le 41e conseil d'administration du secteur ministériel des Sports et des Loisirs.

Premier du genre de l'année 2020, l'activité a réuni les cadres du département et a accouché de plusieurs recommandations.

«La coopération, une alternative pour le développement des sports et des loisirs ».

C'est sous ce thème que s'est tenu, les 4 et 5 juin 2020, le 41e Conseil d'administration du secteur ministériel (CASEM) des Sports et des Loisirs.

Placé sous la présidence effective du premier responsable du département des Sports et des Loisirs, Daouda Azoupiou, cette activité, premier du genre de l'année 2020, a porté sur plusieurs points dont la présentation du thème du CASEM ; l'examen et l'adoption du rapport-bilan de mise en œuvre du plan de travail annuel 2019 ; l'examen et l'adoption du plan de travail annuel 2020 ; l'examen et l'adoption du rapport d'évaluation des performances des structures du département en 2019 etc.

Sur la présentation du thème du CASEM, le communicateur, Sylvain Ouédraogo, a dévoilé un aperçu sur l'évolution et l'historique de la coopération avant de mettre en exergue l'état des lieux des accords de coopération entre le Burkina Faso et les autres pays ou institutions à travers le monde.

Sur l'autre point portant sur l'examen et l'adoption du plan de travail annuel, il est ressorti que le programme « Pilotage et soutien aux activités du département » totalise cent quatre-vingt-douze activités pour un coût total de 1 153 249 750 FCFA.

Le programme « Sport et activités physiques » a inscrit cent quarante-trois activités pour un coût de 1 478 864 700 FCFA. Pour ce qui est du programme « Activités de loisirs », on dénombre trente-six activités pour un coût de 75 108 000 FCFA.

Pour l'ensemble des trois programmes, trois cent trente-six activités sont inscrites pour un coût global de 2 231 586 450 FCFA.

Réhabilitation des stades du 4-Août et Sangoulé-Lamizana

Dans le volet des divers, des questions sur les insuffisances constatées lors de la réalisation de certaines infrastructures sportives et de loisirs, notamment le stade régional de Tenkodogo, le stade de Koudougou ; le renouvellement des structures sportives et des loisirs ; la réhabilitation des stades du 4-Août et Sangoulé-Lamizana etc., ont aussi meublé les débats.

Des recommandations sur l'élaboration d'un document-cadre de coopération du domaine des sports et des loisirs en tant que document de référence et d'orientation pour les différents acteurs ; la prise en compte du renforcement des capacités du personnel comme une composante essentielle de la politique du ministère des Sports et des Loisirs ; le suivi rigoureux de la mise en œuvre du programme pluriannuel de renforcement de capacités du personnel adopté par le ministère des Sports et des Loisirs ; le relèvement du budget alloué au renforcement des capacités des acteurs, ont été formulées par les participants.

Le ministre Daouda Azoupiou s'est dit satisfait « Pour non seulement, l'atmosphère empreinte de sincérité et de sérieux qui a ponctué la tenue de notre cadre de concertation mais aussi, pour la pleine participation aux échanges dont chacun a fait montre ».

Il a reconnu que la pandémie de la COVID-19 a eu un impact sur tous les domaines de la vie sociale et économique, mais plus encore sur le sport.

« Vous saurez, avec le sens du combat qui caractérise notre domaine, continuer à montrer de la résilience quant à l'application des engagements et des résolutions que nous avons pris ensemble », a-t-il soutenu.

Pour Daouda Azoupiou, au-delà des discussions, ce cadre a pu constituer un moment de socialisation et offrir une tribune aux services déconcentrés d'exprimer leurs préoccupations.

« Je donnerai les instructions pour qu'elles bénéficient d'un examen soutenu », a rassuré le ministre des Sports et des Loisirs.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.