Madagascar: Agriculture naturelle - Une forte affluence des consommateurs

Les produits issus de l'agriculture naturelle attirent de nombreux consommateurs.

En raison de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, bon nombre de populations aussi bien à Madagascar que dans d'autres pays dans le monde, se tournent davantage vers les aliments sains issus de l'agriculture naturelle. Ce, afin de renforcer leur système immunitaire.

La preuve, une forte affluence des consommateurs a été observée lors de la première exposition des paysans en provenance du fokontany d'Ambohitrangano, Commune rurale de Talatavolonondry, et qui sont appuyés par l'association Agrinature depuis à peu près quatre ans. En fait, cette association a participé à l'événement intitulé « Secrets des femmes », organisé dernièrement dans le jardin de la Chocolaterie-école Edenia à Nanisana.

A cette occasion, Valitiana Raharitsivasoa, une paysanne adoptant l'agriculture naturelle, a témoigné qu'elle tire des retombées économiques positives de cette nouvelle technique culturale. En effet, « mon état de santé s'améliore nettement depuis que je consomme une partie de ma récolte, laquelle ne comporte plus aucun produit chimique. Nous sommes à peu près une trentaine de paysans à nous y mettre dans notre localité. Nous cultivons notamment des légumes tels que les choux-fleurs, les tomates, les courgettes et les aubergines, les carottes, les haricots verts, les choux, l'ail et les gingembres ainsi que les cressons », a-t-elle évoqué.

Prix plus incitatifs. Lors de sa première vente-exposition, ses légumes ont été très prisés par les visiteurs. Certains acheteurs, des particuliers et des entrepreneurs dans le domaine de la transformation agro-alimentaire, ont tout de suite de suite entamé les discussions pour passer des commandes régulières auprès de l'association Agrinature tandis que d'autres attendent impatiemment la prochaine édition pour pouvoir se procurer ces produits agricoles naturels. « Le problème de débouché est l'une des contraintes qui ne convainquent pas encore les autres paysans à se lancer dans cette nouvelle technique culturale.

Pourtant, le coût de revient est en nette diminution étant donné qu'on ne dépense plus pour acquérir des engrais chimiques et des insecticides. En revanche, on reconnaît bien que les prix des produits agricoles naturels sont plus incitatifs, comparativement à ceux des produits conventionnels », a fait savoir Valitiana Raharitsivasoa.

Approche village. A part cela, elle tient à préciser qu'il faut néanmoins bien entretenir les cultures autant qu'on prend soin de son propre corps. « Nous n'arrosons pas, entre autres, les plantations mais nous avons recours à une pression d'eau via des tuyaux pour éliminer les insectes. Nous intervenons même manuellement s'il le faut alors que nous disposons de 1 200 pieds de tomates », a-t-elle enchaîné.

Pour Andrianantenaina Ralibera, un ingénieur agronome au sein de l'association Agrinature, il a affirmé que les paysans d'Ambohitrangano ont bel et bien réussi à pratiquer la technique de l'agriculture naturelle. « Il s'avère pourtant difficile de cultiver des tomates et des choux-fleurs de façon naturelle.

Actuellement, nous intervenons à travers une approche village. Après Ambohitrangano, des paysans dans un autre village dit Andranosoa, dans la Commune d'Ambohimalaza, investissent également dans l'agriculture naturelle. Une partie de leur production est autoconsommée.

Mais il y a aussi des clients qui viennent collecter directement leurs récoltes », a-t-il poursuivi. En bref, les produits issus de l'agriculture naturelle attirent de nombreux consommateurs. La mise en place des points de vente à proximité des acheteurs, surtout en milieu urbain, est ainsi de mise. L'association Agrinature diversifie en même temps ses activités en promouvant le jus de canne à sucre purement naturel.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.