Maroc: Khalid Ait Taleb - Le Maroc a eu raison de maintenir son protocole thérapeutique à base de chloroquine

Le Maroc "a eu raison de maintenir le protocole thérapeutique à base de chloroquine" pour traiter les malades du nouveau coronavirus (Covid-19), a affirmé, dimanche, le ministre de la Santé.

"Le ministère de la Santé dispose d'un rapport pharmacovigilance en relation avec l'utilisation de la chloroquine et qui prouve qu'on a eu raison d'avoir maintenu notre décision", a souligné Khalid Ait Taleb, qui s'exprimait lors d'un webinaire pour les professionnels de santé et de la presse.

"Au moment où l'Organisation mondiale de la santé avait appelé à suspendre les essais cliniques au niveau mondial, le Maroc est resté attaché à sa décision initiale, dont la pertinence a été démontrée quelques jours après", a-t-il soutenu, expliquant que la chloroquine "a un effet très positif dans le traitement du Covid-19".

Il a rappelé que "le Maroc connaît bien la chloroquine depuis longtemps, à travers son utilisation dans la médecine interne et pour le traitement du paludisme", relevant que ses effets indésirables "ne posaient pas problème, du fait qu'ils sont connus et qu'on les maîtrisait parfaitement".

"Nous sommes fiers de nos décisions judicieuses et prospectives en matière de protocoles thérapeutiques", s'est réjoui le ministre, saluant le comité technique et scientifique "qui a pris des décisions très importantes et très efficientes car, en intégrant la chloroquine au protocole thérapeutique, il nous a permis d'éviter des répercussions chez les personnes atteintes".

La préparation de la prochaine étape de la gestion de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) est menée "de manière collective, sérieuse et responsable", en application des Hautes directives Royales, a-t-il également souligné.

"Une action commune est menée par l'ensemble des composantes du gouvernement à tous les niveaux, notamment en matière économique", a-t-il ajouté en précisant dans ce sens que les ministères de la Santé et de l'Intérieur, en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), se penchent sur la mise en oeuvre des Hautes instructions Royales relatives à la réalisation d'un dépistage massif au profit des salariés des entreprises du secteur privé, afin de détecter tout cas d'infection et d'éviter des foyers en milieux professionnels et familiaux.

"Nous avons réussi ensemble et avec fierté à surmonter le plus difficile de cette crise", s'est félicité le ministre, assurant que les structures hospitalières ont réussi à prendre en charge et à soigner les personnes atteintes de cette maladie.

Le ministre a, ainsi, invité les citoyens souffrant de maladies chroniques ou toute autre pathologie "à se rendre dans les établissements publics et privés en toute quiétude pour recevoir les soins nécessaires, sans avoir peur de la contamination au Covid-19, une crainte qui est aujourd'hui non justifiée".

"Nous assurons aux citoyens souhaitant suivre leur état de santé que les établissement publics ou privés sont prêts à les accueillir et que ceux-ci ont mis en place les mesures de prévention appropriées", a-t-il affirmé, rappelant que l'état d'urgence sanitaire avait rendu difficile le déplacement vers ces structures.

Cette rencontre virtuelle a été organisée par la Société marocaine des sciences médicales (SMSM) et la Fédération nationale de la santé (FNS), en collaboration avec le ministère, en vue de traiter des voies à suivre pour réussir le déconfinement, du rôle des médias durant cette crise sanitaire et de la relance économique.

C'est ainsi que le docteur Moulay Said Afif, président de la Société marocaine des sciences médicales (SMSM), a indiqué qu'après environ trois mois de confinement, il était judicieux pour l'ensemble des acteurs concernés d'échanger autour de ces thématiques, de mener une réflexion collective et de contribuer à la sensibilisation en vue d'un "passage sûr et fluide à la prochaine étape", avec le retour à la normale des activités sociales et économiques.

Il a insisté sur la grande importance de respecter et de préserver les gestes barrières afin d'éviter la résurgence du virus et la deuxième vague de l'épidémie, tant redoutée par certains spécialistes, tout en encouragent les citoyens à retrouver le cours normal de la vie en toute assurance.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.