Cameroun: Les journalistes se mobilisent pour leur confrère Wazizi

Le journaliste de la chaîne Chillen Media Television (CMTV) Samuel Wazizi, région de Buéa, Cameroun

Des hommes de médias ont manifesté dans plusieurs villes du Cameroun pour dénoncer la disparition de leur confrère.

Les villes de Douala , Yaoundé et Bamenda ont été le théâtre ce mardi matin de manifestations des hommes et femmes de médias. Selon les messages qu'on pouvait apercevoir sur leurs pancartes, ils réclament que la vérité soit rétablie sur l'affaire du journaliste Samuel Wazizi qui est décédé dans des conditions qui restent troubles.

À Douala, le mouvement était dirigé par Denis Nkwebo le président du syndicat national des journalistes du Cameroun et a réuni une bonne brochette de journaliste de la cité capitale économique. Dès les premières heures de la matinée, ils se sont réunis à la place du gouvernement de Bonanjo d'où ils seront chassés par les forces de maintien de l'ordre. Ils auront quand même le temps d'étendre leurs banderoles sur lesquelles ont pourra lire le message en français et en anglais #justice pour Wazizi, LA VIE D'UN JOURNALISTE COMPTE .

Les mêmes messages ont été aperçu sur les pancartes a Yaoundé et à Bamenda. Ceci démontre a suffisance l'indignation de ce corps de métier après le décès de leur confère dans des conditions troubles. Il est annoncé d'autres manifestations de plus grandes envergures dans les prochains jours.

Il faudra souligner que Wazizi Emmanuel était présentateur d'une télévision locale à Buea, dans la région anglophone du sud-ouest, il avait été arrêté par la police le 2 août 2019. Il était accusé d'intelligence avec les terroristes et avait été emmené par des militaires cinq jours plus tard. Malgré le travail des avocats, des ONG, de la société civile, plus personne n'a eu de ses nouvelles jusqu'à ce que le ministère de la Défense confirme son décès vendredi dernier. Décès qui serait intervenu dès le 17 août 2019.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.