Afrique: L'Éthiopie, le Tchad et le Congo vont bénéficier d'un moratoire sur leur dette

Cette mesure avait été décidée par les principaux pays créanciers, à l'instigation du G20, il y a presque deux mois, afin de permettre aux pays en développement et notamment africains, de consacrer leurs ressources financières à la réponse au coronavirus.

Quatre pays supplémentaires vont bénéficier du moratoire sur leur dette, et parmi eux, trois pays africains : l'Éthiopie, le Tchad et la République du Congo.

Le quatrième est le Pakistan. Cette annonce a été faite le 9 juin par le Club de Paris, qui réunit l'ensemble des pays occidentaux qui détiennent l'essentiel des dettes des pays en voie de développement.

Douze pays bénéficient désormais d'un report du service de leur dette.

Cela signifie que l'Éthiopie, le Tchad, le Congo-Brazzaville ou encore le Mali, qui avait été le tout premier pays africain à bénéficier de ce moratoire, n'auront pas à payer leurs échéances cette année, mais qu'ils devront le faire d'ici trois ans.

Cette mesure avait été décidée par les principaux pays créanciers, à l'instigation du G20, il y a presque deux mois, afin de permettre aux pays en développement et notamment africains, de consacrer leurs ressources financières à la réponse au coronavirus.

Désormais, 77 pays sont officiellement éligibles à ce processus, 30 en ont fait la demande, et douze ont donc, à ce jour, reçu une réponse positive.

Ce report ne signifie en aucun cas une annulation. Et seuls les dettes contractées auprès d'États occidentaux, comme la France, les États-Unis ou l'Allemagne, et d'États émergents comme la Chine, l'Inde ou l'Afrique du Sud, sont concernées.

Les créanciers privés, les entreprises et les gestionnaires de fonds, refusent toujours de se joindre à cette initiative.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.