Afrique: Le bilan de la politique africaine de l'administration Trump

La politique africaine de l'administration Trump a connu d'importants rebondissements, notamment dans le cadre d'une concurrence avec le Chine. Mais l'Afrique ne fait plus partie des priorités des Etats-Unis.

Malgré un important investissement dans le Plan d'urgence pour la lutte contre le sida, "l'Afrique ne se classe pas aussi haut dans les priorités américaines par rapport à d'autres régions", a déclaré l'ancien ministre libérien des Travaux publics, Gyude Moore.

En effet, au cours de son mandat, le président américain Donald Trump n'a rencontré que deux présidents africains à la Maison-Blanche.

Et certaines de ses déclarations ont tendu les relations avec l'Afrique, notamment son déploiement des restrictions à l'immigration pour les pays africains; des coupes profondes dans les programmes d'aide.

Pour Grant Harris, l'ancien conseiller politique principal pour l'Afrique de Barack Obama, "il y a un énorme problème avec la façon dont l'administration Trump a conçu la politique de l'Afrique vis-à-vis de la Chine.

L'Afrique est comme un pion dans un grand jeu, comme s'il s'agissait de quelque chose à perdre ou à gagner".

Ce cadrage n'est pas bien reçu en Afrique. Le président kenyan Uhuru Kenyatta a déclaré: " les pays occidentaux [...] agissent comme si l'Afrique est à prendre.

Je veux vous dire que ce n'est pas le cas". Pour le secrétaire d'État adjoint américain aux Affaires africaines, Tibor Nagy, "continuons à regarder l'Afrique à travers le pare-brise, pas le rétroviseur ".

L'engagement des États-Unis en Afrique est concentré dans cinq domaines clés : exploiter le potentiel de la jeunesse africaine; créer des conditions équitables pour les entreprises américaines et encourager les entreprises américaines à se rendre sur le continent; aider à améliorer la gouvernance; contrer le récit chinois; et accroître l'engagement avec les communautés de la diaspora.

Les priorités de l'USAID sont similaires: se concentrer sur la création de liens commerciaux; protéger les États-Unis contre les menaces à la sécurité et à la santé; aider les États africains à progresser vers la stabilité et l'autosuffisance.

Malgré des mesures positives et une stimulation du commerce et des investissements en vue d'aider les économies africaines émergentes, il manque une stratégie d'ensemble, "avec d'autres politiques", notent les experts. Ils invitent à plus d'actions et de clarté autour des politiques et des propositions.

"Ce avec quoi les États-Unis ont lutté [...] autour de la politique globale de l'Afrique, c'est qu'il est très clair de savoir ce que nous sommes contre - le modèle chinois - mais nous ne précisons pas toujours très clairement pourquoi nous le sommes", a déclaré Aubrey Hruby, chercheur au Centre Afrique du Conseil atlantique.

Nous avons encore ce besoin d'être clair sur l'offre américaine et la vision de la politique de l'Afrique ", a déclaré Christopher Maloney, administrateur adjoint par intérim de l'USAID pour le Bureau des affaires africaines.

Contrer la Chine

"Cadrer la politique de l'Afrique dans le contexte de sa concurrence avec la Chine est problématique, parce que les dirigeants africains la rejettent et parce qu'elle peut être contre-productive aux priorités américaines dans la région", a indiqué Gyude Moore.

"Il y a un énorme problème avec la façon dont cette administration a conçu la politique de l'Afrique vis-à-vis de la Chine", a ajouté Grant Harris.

"Les dirigeants africains ne veulent pas être coincés au milieu de la concurrence internationale avec des pays agissant comme si l'Afrique est à prendre. Ils veulent pouvoir travailler avec des partenaires, plutôt que d'être obligés de choisir l'un plutôt que l'autre", a précisé Uhuru Kenyatta. Tibor Naguy a ajouté :

"Les États-Unis ont tardé à réaliser ce qui se passe et la Chine a été là. Ce que les États-Unis doivent faire, c'est impliquer davantage des entreprises américaines sur le continent et proposer des alternatives à l'approche chinoise".

Ajoutant : "Le choix appartient aux Africains sur le terrain, mais les États-Unis doivent parler des avantages que leurs entreprises apportent, et du financement auquel ils contribuent - à la santé mondiale par exemple - de la même manière que la Chine pourrait vanter un nouveau stade".

"Bien qu'il y ait des critiques valables de certains investissements chinois et un manque de transparence en particulier, ceux-ci peuvent être perçus sans faire une condamnation générale de l'engagement chinois sur le continent", a-t-il dit.

Pour Aubrey Hruby, " les États-Unis devraient chercher à construire des initiatives dans des domaines où ils peuvent se différencier. Par exemple dans le secteur créatif, les sports, le capital-risque, l'enseignement supérieur".

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.