Cameroun: Un trafiquant notoire d'espèces sauvages arête à Bertoua

Un trafiquant notoire d'espèces sauvages a été arrêté pour possession illégale de pointes d'ivoire à Bertoua.

Il a été arrêté avec un autre trafiquant lors d'une opération menée par des agents de la Délégation Régionale des forêts et de la faune de l'Est à la suite d'enquêtes sur le trafic d'espèces sauvages dans les régions du Nord et de l'Est et en République centrafricaine.

L'opération a également été réalisée en collaboration avec la Gendarmerie et avec l'assistance technique de LAGA, une organisation chargée de l'application des lois sur la faune.

Les deux hommes ont été arrêtés sur la route du Camp sic CRTV en possession de 3,7 kg de pointes d'ivoire coupées en 6 morceaux et dissimulées dans un sac.

Selon une source proche de l'affaire ayantrequis l'anonymat, l'un des trafiquants s'est rendu de Kentzou à Bertoua avec les pointes d'ivoire où il a rencontré son complice et ils ont tous deux tenté de vendre le produit illicite.

Un sac militaire a été utilisé pour dissimuler les pointes car il pensait que cela faciliterait le transport sans qu'il ne soit intercepté en chemin.

La même source a rapporté que le trafiquant notoire, ancien comptable dans une agence de transfert d'argent à Kentzou, était dans le viseur des agents des forêts et de la faune de la région de l'Est depuis un certain temps maintenant. Il avait été au centre de nombreuses activités fauniques illégales dans la région.

Des enquêtes préliminaires montrent qu'il fait partie d'un vaste réseau de trafiquants d'espèces sauvages opérant dans les régions du Nord et de l'Est du pays, qui s'étend au-delà des frontières et couvre la sous-région.

Les enquêtes menées après son arrestation révèlent qu'il est également connu dans plusieurs villes (Kentzou, Mpaka, Lolo et Panda) en lien avec le commerce illégal de l'or. Les deux suspects, attendus prochainement en justice, ont été placés à la prison centrale de Bertoua.

De plus en plus de preuves émergent quant au risque d'entrer en contact avec des parties d'espèces sauvages étant donné que Covid-19 est un coronavirus trouvé chez de nombreuses espèces. La loi indexe donc ceux qui manipulent illégalement des espèces sauvages.

Selon la loi de 1994 sur la faune qui interdit le braconnage et le trafic d'espèces sauvages, toute personne trouvée en possession de parties d'une espèce sauvage protégée est considérée comme ayant tué l'animal et est passible d'une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 3 ans et / ou d'une amende de jusqu'à 10 millions de francs CFA.

Les éléphants sont totalement protégés et il est illégal de les tuer ou de faire du commerce de leurs parties.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.