Djibouti: Le pilote Fouad Youssouf Ali en grève de la faim à la prison de Gabode

Le pilote djiboutien Fouad Yousssouf Ali est accusé de trahison et risque la prison à vie. Une vidéo qu'il avait enregistrée dans sa cellule de la prison de Gabode pour dénoncer ses conditions de détention a entraîné des manifestations jusqu'à ce mercredi hier encore. L'affaire est loin d'être terminée car le pilote a entamé hier une grève de la faim.

Fouad Youssouf Ali a cessé de s'alimenter. Selon son avocat, le pilote demande à être hospitalisé et à bénéficier de meilleures conditions de détention. Deux médecins sont bien venus le voir, a reconnu Maître Zacharia Abdullahi, « ils ont promis des analyses médicales, mais elles n'ont jamais eu lieu », dit-il. Des propos qui vont à l'opposé des derniers développements.

En effet, une interview de Fouad Youssouf Ali a été diffusée mardi à la télévision nationale. Un entretien enregistré à la prison de Gabode, par la Commission nationale des droits de l'Homme, dans lequel l'officier explique ne pas avoir été maltraité.

« C'est la preuve qu'il est bien portant. Il s'exprime avec aisance et librement », a réagi Daoud Houmed, porte-parole de la majorité. « Montage ! » rétorque maître Abdullahi, ajoutant que « son client avait été choqué de voir ses propos déformés. C'était un piège », dit-il.

Vu le retentissement de l'affaire, le président de la CNDH et ancien ministre Saleban Omar Oudin, a lui aussi pris la parole. « Il n'a fait l'objet d'aucune maltraitance », dit-il. Il explique que le pilote était traité comme les autres, que sa cellule de 4 mètres sur 2 comportait ventilateur, fenêtre et grille d'aération. Bref rien de choquant.

« Cette commission est aux ordres du pouvoir et sa vidéo une mascarade », a réagi le militant des droits de l'homme Omar Ali Ewado. Pour lui, l'interview édulcorée du pilote avait pour seul but de calmer la grogne populaire. « C'était une opération de communication », dit-il.

La prochaine audience est prévue le 18 juin.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.