Niger: Une journaliste inculpée pour diffamation après une plainte du fils du président Issoufou

La journaliste et blogueuse nigérienne Samira Sabou

Au Niger, la journaliste blogueuse Samira Sabou dort à la prison civile de Niamey depuis deux nuits. Elle a été inculpée mercredi pour diffamation après la plainte déposée par le fils du président Mahamadou Issoufou.

En cause ? L'une des publications Facebook de la journaliste sur les personnalités impliquées dans l'affaire de l'audit du ministère de la Défense. Selon la loi sur la cybercriminalité, adoptée l'année dernière par l'Assemblée nationale mais vivement dénoncée par une partie de la société civile et de l'opposition, la journaliste risque jusqu'à trois ans d'emprisonnement. Me Abdou Leko Aboubacar est son avocat.

Notre correspondante régionale, Coralie Pierret a joint son avocat, Maître Abdou Leko Aboubacar. Ce qui a été le plus pénalisant pour la journaliste blogueuseSamira Sabou, ce n'est pas sa publication mais un commentaire sur une publication, nous explique t-il. Commentaire incriminant nommément le fils du président Mahamadou Issoufou. Or elle, « dans sa publication, elle n'a désigné personne », selon l'avocat.

Me Abdou Leko Aboubacar: "On ne peut pas imputer à notre cliente des propos qui sont le fait d'une tierce personne"

Rien ne justifie sa mise en détention préventive, conclut l'avocat.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.