Cameroun: Une chanson de Richard Bona déclenche une polémique avec l'artiste Belka Tobis

Il s'agit d'un titre du célèbre musicien Richard Bona dans lequel il appelle Paul Biya à quitter le pouvoir. Une chanson qui n'est pas passée inaperçue alors que la crise en zone anglophone se poursuit.

Avalanche de réactions au Cameroun après la chanson du célèbre musicien Richard Bona qui appelle Paul Biya à partir. Une chanson baptisée « Allô Fokou », « Aller chez fokou » voulant dire « aller acheter la corde pour se pendre ». Dans ce titre, Richard Bona rebaptise le chef de l'État camerounais « Pol Pillard ».

Depuis Miami où il vit, Richard Bona explique pourquoi il prend la parole maintenant : « Vu ce qui se passe dans le sud-ouest et nord-ouest, dans la région anglophone au Cameroun et aussi au nord-Cameroun, avoir initié cette guerre au Nord et Sud-Ouest. On aurait pu faire tout pour ne pas rentrer en guerre. Et voilà. C'est tous ces élans de brutalité qui font que, je pense que ça a été une très mauvaise décision. Le résultat est là, il est juste accablant. Voilà. Et au Cameroun c'est une très, très vieille dictature. C'est une dictature qui ne dit pas son nom depuis presque quatre décennies et ça doit changer. On ne va pas trouver des solutions avec des gens qui ont créé le problème. Donc voilà, Paul Biya, must go ! » En français, « Paul Biya doit partir ».

Et quelques jours après la diffusion de sa chanson polémique, un autre artiste lui répond, lui aussi en musique. Il s'agit de Belka Tobis, chanteur camerounais installé en France. « On ne veut pas la haine chez nous », affirme-t-il dans sa chanson.

Selon lui, le message qu'envoie Richard Bona est un message de haine qui prône la guerre : « Je n'ai rien contre Richard Bona, qui est d'ailleurs un très grand musicien que j'apprécie. Mais le seul bémol est qu'il prône pour la guerre, mais moi, je prône pour la paix. Il n'est pas en train de jouer son rôle d'artiste. L'artiste est là pour la paix et non pour la guerre. J'aimerais vraiment, si Richard Bona veut participer pour l'évolution de son pays le Cameroun, qu'il parle vraiment, qu'il essaie un peu d'apaiser tous les Camerounais. Je veux qu'on passe par le dialogue que le président de la République camerounais a donné, monsieur Paul Biya : mon seul parti politique c'est la paix. Après soixante ans d'indépendance, je n'aimerais pas qu'il y ait la guerre dans mon pays. Je veux qu'on avance. J'aimerais que nos enfants avancent dans la paix. »

Ce n'est pas la première fois que les deux artistes se répondent par musiques interposées. En février dernier, ils s'étaient interpellés sur des chansons à propos de lion et de coq, évoquant de façon détournée la situation au Cameroun.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.