Seychelles: La population de tortues de mer est stable au pays malgré les incidents de braconnage en cours

La population de tortues de mer dans les eaux des Seychelles est stable malgré les incidents de braconnage continus, a déclaré un haut responsable de l'environnement.

Le directeur de la conservation du ministère de l'Environnement, Ashley Dias, a déclaré que les tortues marines "continuent de prospérer dans les eaux des Seychelles, en particulier sur et autour des îles principales où se trouve la plupart de la population".

M. Dias a déclaré à la SNA que pendant la saison de nidification, les autorités ont enregistré 64 nids de tortues imbriquées et six de tortues vertes ", mais nous pensons que tous n'ont peut-être pas réussi à avoir des nouveau-nés, car nous avons observé des œufs cassés sur certains sites et nous ne pouvons pas dire s'ils ont survécu".

Les Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, abritent l'une des plus grandes populations mondiales de tortues vertes et de tortues imbriquées.

La tortue verte se reproduit dans toutes les îles tout au long de l'année, contrairement à la tortue imbriquée qui se reproduit principalement entre la mi-octobre et la mi-janvier. Les deux espèces figurent sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Les tortues vertes sont classées en voie de disparition tandis que les tortues imbriquées sont en danger critique d'extinction.

M. Dias a déclaré que davantage de braconnage se produit dans la partie sud de l'île principale de Mahé car les plages sont plus isolées et hors de vue, ce qui ne facilite pas la détection des braconniers.

Plus tôt cette semaine, la Seychelles National Parks Authority (SNPA), qui travaille en collaboration avec une organisation non gouvernementale, Global Vision International (GVI), a signalé des cas de braconnage à Cap Ternay dans le district ouest de Mahé à Port Glaud.

Photo : C'est l'un des membres du personnel de Global Vision International (GVI) qui a découvert les restes d'une tortue de mer. (Seychelles Nation) Photo license: CC-BY

Gilberte Gendron, le coordinateur des opérations maritimes de la SNPA, a déclaré à la presse que "c'est l'un de leurs collaborateurs qui a découvert les restes d'une tortue de mer. La façon dont les restes ont été éparpillés sur les rochers montre clairement que ce n'était pas quelque chose apporté par les vagues mais braconné par les humains. "

Elle a ajouté que ce n'était pas le premier cas que la SNPA a reçu.

"Pendant le verrouillage du au COVID-19, nous avons remarqué quelques cas. Actuellement, seul notre personnel est en patrouille et les braconniers connaissent nos horaires. Pour le moment nous avons deux cas concrets et il faut noter que nous ne sommes pas encore dans la saison de nidification Malheureusement, ces cas concernent principalement des tortues juvéniles ", a déclaré Mme. Gedeon.

Actuellement, une enquête est en cours dans un cas de possession illégale de viande de tortue de mer trouvée sur un navire qui a été intercepté dans les eaux des Seychelles le 9 mai. Selon le département de l'environnement, il y a eu 15 cas confirmés de braconnage cette saison. Pour l'ensemble de l'année dernière, 14 cas ont été enregistrés alors qu'en 2018 il n'y avait que huit cas.

Par conséquent, le ministère de l'Environnement invite les personnes intéressées à se joindre à la campagne contre le braconnage et à se porter volontaires pour le prochain programme de surveillance des tortues marines.

M. Dias a déclaré que les membres du public étaient déjà très coopératif au travail effectué pendant la surveillance.

"Nous avons remarqué une augmentation du nombre de personnes qui nous signalent des incidents de braconnage. Nous avons eu une excellente collaboration avec le commissariat de police du Sud, qui nous a aidés chaque fois que nous avions besoin de leur aide", a-t-elle déclaré.

Aux Seychelles, les tortues marines sont protégées par la Loi sur la protection des animaux sauvages et des oiseaux et la peine pour les infractions est jusqu'à deux ans de prison et une amende pouvant aller jusqu'à 37 000 $. Malgré les lois strictes, le braconnage reste une préoccupation majeure en raison de la tradition du pays de manger de la viande de tortue comme un mets délicat. Dans la plupart des cas, parce que ce sont elles qui pondent, les femelles sont plus vulnérables.

"Il est très difficile de connaître la date exacte à laquelle les œufs écloront. Nous pouvons fournir une estimation. Le personnel surveille les nids pendant la saison de nidification et nous conseillons aux membres du public qui vivent à proximité des nids de garder un œil sur leurs chiens" dit M. Dias.

Les tortues marines pondent environ 150 à 200 œufs selon les espèces et cela prend environ deux à trois heures. Les nouveau-nés émergeront après huit semaines d'incubation.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.