Burkina Faso: Lutte contre le terrorisme - La difficile équation du recours à l'armée

Au Burkina Faso, au Mali comme au Niger, qui est à mesure d'évaluer les milliards investis dans les différentes armées en termes d'équipement, de primes de motivation, de formation, d'opérations spéciales... dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ? Les sommes sont astronomiques. Pourtant, les armes chèrement acquises sont régulièrement abandonnées aux mains de l'ennemi au premier coup de feu.

Pour certains esprits malins, la lutte contre le terrorisme est l'occasion toute rêvée de se remplir les poches au détriment des pauvres soldats qui sont envoyés pratiquement à l'abattoir sur le front. Dans ces trois pays, de hauts gradés et d'autres responsables ont même été éclaboussés par des affaires de détournements de primes, de surfacturation sur de l'armement, ... Certains équipements censés être réceptionnés n'ont jamais été livrés en réalité. Pour ces individus, la lutte contre le terrorisme est une caverne d'Ali Baba.

Si la lutte a englouti des milliards, qu'en est-il du bilan sur le terrain ? Les terroristes sont loin d'avoir été totalement neutralisés. Au contraire, ils se ragaillardissent de jour en jour et sont de plus en plus motivés dans les actes de barbarie et de terreur. Ils font un carnage au sein des détachements militaires qu'ils pilonnent comme bon leur semble. Ils déciment les armées avec des IED, ces fameux engins explosifs improvisés.

Les populations qui collaborent avec les FDS ou qui refusent d'obtempérer aux injonctions des terroristes, sont purement et simplement massacrées. Les exemples sont légion au Burkina Faso, au Mali et au Niger. La logique jusqu'au-boutiste des terroristes est claire : amener les pouvoirs à composer ou à capituler. Et c'est bien à ce niveau que la stratégie de lutte des États doit être auscultée.

La lutte contre le terrorisme n'est pas une guerre classique. Les manœuvres militaires ont fait la preuve de leurs limites. On ne peut opposer un déploiement classique à une guerre asymétrique. Pour ce qui est du cas du Burkina Faso stricto sensu par exemple, il s'agit plus d'une question de sécurité intérieure que d'une guerre au sens juridique du terme.

Il est de plus en plus établi que ce sont bien des Burkinabè qui mènent les attaques terroristes. Peut-on engager son armée contre ses propres citoyens quand on sait que les questions de sécurité intérieure relèvent de compétences spécifiques ? Selon la loi N°032-2003/ AN du 14 mai 2003, « la sécurité intérieure a pour objet d'assurer la protection permanente des personnes et des biens sur toute l'étendue du territoire national, de veiller à la sûreté des institutions de l'État, de veiller au respect des lois et au maintien de la paix et de l'ordre public ». Cette sécurité relève de la défense civile.

Selon l'article 4 de la loi précitée, « constituent les forces de sécurité intérieure, l'ensemble des forces de police, de gendarmerie, les sapeurs-pompiers et les autres corps paramilitaires qui interviennent dans le domaine de la sécurité intérieure de manière permanente. » « Toutefois, précise l'article, les autres forces militaires peuvent être requises à titre exceptionnel et ponctuel pour des missions de sécurité intérieure ».

Placer le renseignement au cœur de la lutte anti-terroriste

Au stade où le Burkina Faso en est, il ne s'agit pas de faire dans la polémique stérile ou de verser dans des querelles de leadership. Il s'agit de trouver la meilleure approche pour faire face à la menace. Jusqu'à quand le pays pourra-t-il continuer avec une réponse militaire lourde par nature ? N'est-il pas opportun d'explorer la piste des unités mobiles de la Gendarmerie Nationale par exemple ? Elles ont fait la preuve de leur efficacité dans de nombreuses situations.

La discrétion vaut parfois son pesant d'or dans la lutte contre le terrorisme. Lorsque tout un détachement militaire se déplace, cela éveille les soupçons. Les terroristes peuvent donc se terrer momentanément et réapparaitre quand les FDS ne seront plus dans la zone. Aujourd'hui, il est plus qu'impératif de disposer de forces qui se fondent dans la masse et qui utilisent les mêmes moyens et tactiques que l'ennemi. Il ne faudrait jamais perdre de vue que l'objectif de cette lutte, c'est de gagner le cœur des populations. Si les bavures se multiplient ou si les représailles s'accentuent ces populations seront peu enclines à collaborer avec les FDS.

Dans cette lutte, le renseignement doit jouer un rôle stratégique. Le lead de la lutte doit même revenir au renseignement car c'est à partir du renseignement que des stratégies adaptées pourront être élaborées.

A l'image de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE) en France, l'Agence Nationale de Renseignement (ANR) dont la mission est fondamentale pour le devenir du pays, doit être placée au cœur du dispositif pour la planification et la coordination de la lutte anti-terroriste au Burkina Faso.

En parvenant à instaurer une guerre d'usure, les terroristes sont arrivés à imposer leur tempo aux États qui ne sont plus que dans la réaction. L'anticipation fait cruellement défaut. Il faut absolument inverser la tendance. Cela ne peut se faire la tête dans le sable. Il faut disposer de renseignement fiable pour mettre l'ennemi en déroute avant qu'il n'ait eu le temps d'agir.

*Enseignant Chercheur, Ouagadougou

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.