Afrique: Préserver l'indépendance de la Banque africaine de développement pour une transformation économique du continent avec et par sa jeunesse

Akinwumi Adesina, président de la BAD
15 Juin 2020
document

Nous, jeunes acteurs africains de la société civile et du monde économique, actifs dans nos pays respectifs ou issus de la diaspora, affirmons, par la présente, notre attachement à l'indépendance de la Banque Africaine de Développement, acteur majeur de l'essor du continent, et notre refus de toute ingérence étrangère à sa gouvernance.

Notre appel s'inscrit dans le sillage de l'appel des anciens chefs d'Etats, en date du vendredi 29 mai 2020, auxquels nous exprimons notre reconnaissance et affirmons la volonté de la jeune génération de poursuivre leur combat pour une Afrique indépendante et prospère économiquement. Conscient des défis et enjeux du continent, nous saluons le bilan du président Adesina et de la stratégie qu'il porte au nom de la Banque africaine de développement à travers les « High 5 » : éclairer et fournir de l'énergie à l'Afrique ; nourrir l'Afrique ; industrialiser l'Afrique ; intégrer l'Afrique et améliorer la qualité de vie des Africains.

Sous son leadership, la Banque aura également réalisé, le 31 octobre dernier, une augmentation historique de son capital, de 93 à 208 milliards de dollars d'ici à 2030. Nous estimons également que la Banque africaine de développement a su répondre efficacement à la crise actuelle par la création notamment d'un fonds d'urgence de trois milliards de dollars afin de lutter contre le COVID-19 sur l'ensemble du continent africain.

L'Afrique compte 200 millions d'habitants âgés de 15 à 24 ans et notre continent est composé de la plus forte population de jeunes dans le monde. La Banque assure un rôle clé pour engager la transformation économique inclusive en Afrique axé sur les jeunes. Par l'ensemble de ses programmes en faveur du renforcement du capital humain en Afrique, de l'autonomisation économique des jeunes et des femmes et de la promotion
de l'entrepreneuriat, la Banque africaine de développement prouve, chaque jour, son utilité vitale pour la jeunesse africaine. Ainsi, nous souhaitons rendre hommage au Président Adesina pour avoir placé la jeunesse africaine au centre de sa politique de développement à travers les trois piliers que sont l'innovation, l'intégration et l'investissement. A\ ce titre, nous soutenons activement la « Stratégie pour l'emploi des jeunes en Afrique » initiée par la Banque, dont l'objectif est de rendre autonomes 50 millions de jeunes d'ici à 2025.

Nous saluons le programme « Coding for Employment », qui vise à créer 130 centres d'excellences à travers l'Afrique.

Nous souhaitons aussi saluer le rôle central qu'a souhaité donner le Président Adesina à la jeunesse lors de chaque édition de l'Africa Investment Forum, premier marché d'investissement 100% transactionnel du continent africain.
Face à la campagne de diffamation et aux attaques politiques, dont le Président Adesina est la cible, nous souhaitons faire entendre ce « cri du cœur » d'une jeunesse vigilante et militante quant à la préservation de l'indépendance de la Banque africaine de développement et notre désir de voir la dynamique initiée sous son mandat se poursuivre a>in de soutenir une croissance inclusive et d'intensifier l'investissement sur le continent africain, dont la jeunesse est la principale bénéficiaire.

Nous exprimons notre refus ferme de toute tentative de mise sous tutelle de la Banque au profit d'intérêts étrangers au continent africain et notre rejet total de toute ingérence dans le fonctionnement interne de l'institution. Nos ainés ont lutté contre le colonialisme et pour l'indépendance de l'Afrique et se sont sacrifiés pour cette cause. La jeunesse africaine ne peut rester spectatrice du retour des pratiques d'antan sous d'autres formes sans s'y opposer farouchement.

Il est de notre devoir en tant que jeunes Africains de défendre l'indépendance de la Banque africaine de développement, que nous estimons être un catalyseur et un vecteur au profit du développement socio-économique de notre continent, pour que sa gouvernance ne soit pas arrachée à l'Afrique.

Notre Banque et les projets qu'elle porte ne peuvent être les otages des velléités de grandes puissances étrangères à l'Afrique et la jeunesse ne doit pas être la victime collatérale d'une infâme campagne de déstabilisation visant à infantiliser les dirigeants africains.

Nous veillerons à ce que l'impulsion donnée par la Banque africaine de développement, sous le leadership du Président Adesina, puisse continuer de prendre forme auprès des jeunes populations locales, tant dans les domaines de l'agriculture que de l'industrie et des nouvelles technologies. Pour cela, nous allons œuvrer à faire converger toutes les bonnes volontés et à rassembler l'ensemble des forces vives de la jeunesse africaine afin de veiller au respect de nos institutions et défendre l'intérêt général de notre jeunesse.

Omar Alaoui (Partner ESL & Network)
Hafsat Abiola (Présidente Women In Africa)
Dr Vivien Patrice Lyod Amos Makaga Péa (Avocat)
Nawel Bellour (Partner Bellour & Associés)
Pape Landing Mané (Président Centre des Jeunes Dirigeants International)
Noura Maylin (Avocate)
Samuel Tamba (Expert digital et marché emploi)
Stéphane Tiki (Directeur du Développement du Groupement du Patronat Francophone  )

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.