Sénégal: Préservation du littoral - Des activistes exhument la chanson « Tefess » de Fou Malade et de Niagass

15 Juin 2020

Ils sont jeunes, engagés et très présents sur les réseaux sociaux. Leur défi actuel : militer pour la préservation du littoral sénégalais. Ces jeunes regroupés autour du collectif « Tefess, Aar sunu littoral » comptent tourner le clip de la chanson « Tefess » des rappeurs Fou Malade et Niagass pour dénoncer et sensibiliser sur ce problème.

La vive polémique concernant les terres du littoral sénégalais, qui auraient fait l'objet d'un bradage, sans précédent, enfle de jour en jour. La société civile au front réclame que cette affaire soit tirée au clair. Les dénonciations se multiplient. Des activistes s'engagent dans ce combat citoyen à travers la musique afin d'alerter les populations.

Leur pari : sensibiliser le public, par le biais d'un clip de la chanson « Tefess » de Fou Malade et Niagass, tirée de l'album « Ousseynou ak Assane », sorti le 13 Avril 2018. Objectif : protester contre l'accaparement des terres afin d'obtenir l'annulation d'un certain nombre de permis de construire.

« Réagir et dénoncer »

L'initiateur de ce projet de clip Moussa Ba dit Général estime que tourner une vidéo est un excellent moyen de toucher un très grand nombre. L'initiative est née sur les réseaux sociaux : « c'est venu spontanément. C'est à la suite de ce qui se passe au niveau du littoral que les gens se sont dits qu'il faut réagir et dénoncer.

C'est à travers les réseaux sociaux que les activistes se sont regroupés afin de pouvoir chercher un moyen de lutte pour faire face à la situation.

C'est comme ça que l'idée est venue de faire le tournage de la vidéo. » Une prise de conscience qui touche, de plus en plus, ces « Héros » de l'environnement. C'est ce qui justifie le fait que ce collectif se bat pour sauver le littoral.

Fête de la musique

Le tournage du clip comme hymne de ce combat se fera ce 21 juin, jour de fête de la musique. Moussa Ba, par ailleurs membre du collectif « Tefess, Aar sunu littoral », estime que « Tefess » traduit bien la situation : « Le son est très explicatif de ce qui se passe actuellement. Puisque Tefess parle exactement du bradage du littoral. C'est venu à son heure pour vulgariser les messages de cette chanson. ».

Engagé depuis longtemps sur cette question, Fou Malade, co-auteur de « Tefess », est un grand défenseur de l'environnement. Il affirme que « nous sommes des artistes qui s'inspirent de la société, qui regardent ce qui se passe autour de nous. Depuis plusieurs années, nous avons observé qu'il y avait l'avancée de la mer, l'érosion côtière et le bradage du littoral.

Les 750 km de côte du Sénégal ne profitent pas aux populations. Ce bien public a été privatisé. Et on s'est dit pourquoi ne pas écrire un texte dans le but de sensibiliser. C'était fait pour que les populations prennent conscience de ce qui se passe en termes de bradage des terres pour s'associer à notre cause. »

De Guédiawaye à Mermoz

Pour l'heure, les lieux de tournage choisis sont les plages de Guediawaye et de Mermoz. Et sur le plan musical, ce sera une bonne aubaine pour l'album « Ousseynou ak Assane », sorti, donc, il y a deux ans dont la visibilité n'était pas optimale pour le grand public. Le clip va donner une seconde vie à l'album.

C'est ce que semble dire le manager de Fou Malade. Malick Sy précise que l'œuvre a été cédée sans contre-partie : « Il n y a pas eu de cession de droit.

La chanson a été donnée gratuitement. ». Le manager ajoute que c'est un jeune vidéaste et directeur artistique qui s'est signalé pour tourner le clip avec ses propres moyens.

Donc sans frais pour le collectif ni pour les artistes. Des innovations sont à attendre : « pour la vidéo, il y aura des transcriptions en anglais, en français. C'est pour permettre aux non Sénégalais qui sont intéressés par les problèmes sociaux de comprendre le message », signale Malick Sy.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.