Nigeria: L'ONU condamne les attaques meurtrières contre des civils et des installations humanitaires

15 Juin 2020

Le Coordonnateur humanitaire au Nigéria, M. Edward Kallon, a condamné avec véhémence les violentes attaques perpétrées dimanche par des groupes armés non étatiques à Monguno et Nganzai, au cours desquelles de nombreux civils ont été tués, dont une fillette de quatre ans. Au moins 37 autres civils ont été blessés et une importante installation humanitaire a été endommagée.

« Je suis profondément attristé par la nouvelle selon laquelle de nombreux civils, dont un enfant innocent, ont perdu la vie dans ces horribles attaques. Mes plus sincères condoléances vont à leurs familles. Je pense également à ceux qui ont été blessés et je leur souhaite un prompt rétablissement », a déclaré M. Kallon. « Je suis consterné par la poursuite des attaques violentes lancées par des groupes armés non étatiques dans des zones civiles de l'État de Borno ».

Le 13 juin, des membres de groupes armés non étatiques, à bord de camions légers montés avec de l'artillerie lourde, ont fait un raid dans la communauté de Goni Usmanti à Nganzai avant de pénétrer dans la ville de Monguno vers 11 h 45 à partir de deux points d'entrée différents, ce qui a provoqué des affrontements avec l'armée qui ont duré environ deux heures. Les assaillants armés ont atteint le centre humanitaire, où plus de 50 travailleurs humanitaires étaient présents au moment de l'attaque.

Bien que l'installation n'ait subi que des dommages légers, les premiers rapports indiquent qu'elle était directement ciblée et un projectile non explosé a été trouvé à la porte. Tous les véhicules des Nations Unies et des ONG devant le centre humanitaire, qui comprend des bureaux humanitaires et des logements, ont été incendiés. Les mesures de sécurité mises en place au centre ont empêché tout dommage au personnel se trouvant à l'intérieur.

« Je suis soulagé que tout le personnel soit en sécurité, mais je suis choqué par l'intensité de cette attaque. Il s'agit du dernier des trop nombreux affrontements affectant les civils, les acteurs humanitaires et l'aide que nous fournissons », a souligné le Coordonnateur humanitaire. « Les civils et les travailleurs humanitaires, leurs installations et leurs biens ne doivent jamais être une cible et doivent être protégés et respectés à tout moment. Je continue d'appeler toutes les parties à respecter et à protéger les civils et le personnel humanitaire conformément au droit international humanitaire ».

Le 18 janvier, unn autre centre logistique et de distribution humanitaire dans la ville de Ngala, près de la frontière avec le Cameroun, a été la cible d'un assaut complexe par des groupes armés non étatiques. Une section entière de l'installation a été incendiée ainsi que l'un des rares véhicules sur lesquels les agences des Nations Unies comptent pour acheminer l'aide.

Les centres humanitaires, gérés par l'OIM pour la communauté humanitaire, sont essentiels pour atteindre les plus vulnérables dans les zones d'insécurité de l'État de Borno. Ils permettent aux travailleurs humanitaires de fournir une assistance et de mener des activités vitales dans des endroits reculés dans des environnements opérationnels difficiles.

Ces incidents empêchent les travailleurs humanitaires de rester et de fournir une assistance aux personnes qui en ont le plus besoin dans ces zones reculées. Vingt-cinq organisations d'aide apportent une assistance à plus de 150.000 personnes déplacées dans la ville de Monguno, dans la partie nord-est de l'État de Borno. Les Nations Unies et les ONG partenaires au Nigéria s'emploient à apporter une aide urgente et à limiter la propagation de la Covid-19 dans les États du nord-est de Borno, Adamawa et Yobe où 10,6 millions de personnes ont besoin d'aide.

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.