Un nouveau rapport montre que les jeunes Africains ont la capacité de doubler leurs revenus grâce à l'entrepreneuriat

Maria fait partie des 68 000 jeunes qui ont vu leur revenu augmenter depuis leur participation au programme STRIDE en Afrique de l'Est.
16 Juin 2020
Content from our Premium Partner
Mastercard Foundation (Africa)

Arlington, Virginie — Alors que les jeunes font face à des conditions économiques difficiles partout dans le monde, un programme de huit ans impliquant 70 000 jeunes leur donnera des formations sur le travail autonome.

La Mastercard Foundation et l'Organisation internationale à but non lucratif TechnoServe ont annoncé qu'un programme d'envergure appliquant une nouvelle méthodologie de formation à l'entrepreneuriat avec des institutions locales a entraîné une augmentation moyenne de 84% des revenus chez 68 839 jeunes en Afrique de l'Est. Le renforcement du développement de la jeunesse rurale par l'entreprise (STRYDE) a utilisé une combinaison d'outils de formation, notamment un module unique sur l'efficacité personnelle pour aider les participants en Ouganda, au Rwanda, au Kenya et en Tanzanie à créer leurs propres opportunités économiques.

"Le programme STRYDE a montré que, lorsque les jeunes des communautés rurales sont dotés de bons outils de réflexion et de compétences en entrepreneuriat, ils peuvent prendre en main leur propre avenir et mettre sur pieds des fermes, des entreprises et s'engager dans des carrières prospères, " a déclaré Chris Donohue, Directeur Régional de TechnoServe pour l'Afrique de l'Est. "Nous sommes fiers d'avoir établi un partenariat avec la Mastercard Foundation pour un projet ayant un impact durable à une si grande échelle et qui a mis au point un modèle efficace qui peut être soutenu par les organisations locales."

Le programme a été élaboré en réponse au défi crucial de l'emploi en Afrique, qui abrite la population la plus jeune du monde. Chaque année, jusqu'à 12 millions de jeunes entrent sur le marché du travail, sans trouver suffisamment d'emplois ou de possibilités pour les accueillir. Le problème est particulièrement aigu dans les zones rurales où vivent plus de 70% des jeunes.

La crise de la COVID-19 aggrave ce défi, l'Afrique devant perdre l'équivalent de 22 millions d'emplois à temps plein rien qu'au deuxième trimestre 2020, alors que son économie devrait se replier de 5% d'ici la fin de l'année.

"Aujourd'hui plus que jamais, nous devons soutenir les jeunes et collaborer avec eux pour trouver des solutions qui leur permettront de mieux gagner leur vie," a déclaré Daniel Hailu, Directeur Régional, Afrique Australe et Orientale à la Mastercard Foundation. "Les défis qui découlent de la pandémie de la COVID-19 sont nombreux et touchent particulièrement les jeunes. Les leçons tirées de ce programme sont très pertinentes pour répondre aux nouveaux besoins des jeunes et à leur capacité d'accéder à un travail digne et gratifiant sur le continent."

Approche et résultats du programme

Le programme STRYDE offre un plan pour aider les jeunes à obtenir de meilleurs revenus pendant et après la pandémie. Mis sur pieds en 2011, STRYDE a offert aux jeunes une formation commerciale et professionnelle, du mentorat et des activités de suivi sous forme de salons de l'emploi, de concours de plans d'affaires, de cliniques financières et d'autres formes de soutien.

L'un des principaux modules de formation était l'efficacité personnelle, axé sur les compétences générales et l'esprit d'entreprise, ce qui a aidé les participants à développer la confiance, la vision et la persévérance qui sont essentielles à la réussite économique, mais qui ne sont pas toujours mises en évidence dans la formation commerciale traditionnelle.

STRYDE a ensuite élargi ce modèle en aidant 122 institutions locales – telles que les écoles professionnelles, les collèges communautaires et même les prisons – à intégrer la formation dans leurs propres programmes. Soixante-dix pour cent des diplômés de STRYDE ont été formés par ces partenaires locaux, et près de 80% des entités locales continueront à offrir la formation par leurs propres moyens. À un coût marginal de 6$ par étudiant, il s'agit d'un programme rentable que d'autres organismes de formation peuvent mettre en œuvre.

Sur une période de huit ans, le programme a obtenu les résultats suivants :

  • La formation de 68 839 jeunes, dont 51% de femmes
  • Les jeunes qui participent au programme ont augmenté leur revenu de 84% en moyenne.
  • L'actif moyen des participants a augmenté de 101% et l'épargne de 89%.
  • La proportion de jeunes qui ne participent à aucune activité génératrice de revenus est passée de 34% avant le programme à 12% après l'obtention de leur diplôme.
  • Outre les avantages pour leurs propres moyens de subsistance, chaque diplômé de STRYDE a créé en moyenne un emploi supplémentaire

STRYDE a complètement changé ma vie

Jennifer Angee est une jeune femme dont la vie a déraillé lorsque le conflit civil a déchiré le nord de l'Ouganda au début des années 2000. Trouver un emploi chez nous n'était pas facile, car tout le monde essayait de reprendre sa vie après la guerre qui a ravagé Gulu pendant de nombreuses années, raconte-t-elle.

Après avoir appris à analyser les opportunités du marché dans le cadre de sa formation chez STRYDE, Jennifer a réalisé qu'elle pouvait transformer la ferme familiale en une source de subsistance. Elle génère maintenant des centaines de dollars de bénéfices par récolte, ce qui lui permet de payer les frais scolaires de ses enfants, de s'occuper de ses parents âgés et d'entretenir la maison familiale.

Nous sommes assurés d'avoir trois repas par jour à la ferme, ce qui n'était pas le cas par le passé, dit-elle. La faim et la famine étaient à l'ordre du jour, surtout pendant la guerre. Mais aujourd'hui, nous profitons d'une récolte abondante. STRYDE a complètement changé ma vie et celle de ma famille. Mes enfants sont maintenant assurés d'un avenir meilleur grâce aux connaissances et aux compétences que j'ai acquises pendant la formation.

Pour plus d'informations, veuillez consulter le rapport final du programme STRYDE, Renforcement de capacités des jeunes en Afrique de l'Est.

À propos de la Mastercard Foundation  

La Mastercard Foundation œuvre pour un monde où tout le monde aurait la possibilité d'apprendre et de prospérer. Grâce à sa stratégie "La Jeunesse africaine au travail", au Programme Canadien Elev et à son Programme de bourses d'études, la Fondation collabore avec différents partenaires pour veiller à ce que des millions de jeunes, en particulier des jeunes femmes, aient accès à une éducation de qualité, à des services financiers et à un travail décent. La Fondation a été créée en 2006 grâce à la générosité de Mastercard lorsqu'elle est devenue une société cotée en bourse. La Fondation est indépendante avec son propre conseil d'administration et de direction.

À propos de TechnoServe

TechnoServe est un leader qui permet de tirer le meilleur parti du secteur privé afin d'aider les gens à mettre fin à la pauvreté. En tant qu'organisation à but non lucratif opérant dans 29 pays, nous travaillons avec des hommes et des femmes entreprenants dans les pays en développement pour mettre sur pieds des fermes, des entreprises et des industries compétitives. En reliant les gens à l'information, aux capitaux et aux marchés, nous avons aidé des millions de personnes à créer une prospérité durable pour leurs familles et leurs communautés.

Fondée il y a plus de 50 ans, TechnoServe a été nommée numéro 1 dans la lutte contre la pauvreté par l'agence de notation caritative ImpactMatters.

Personnes-ressources pour les médias:

Tonya Reid
Partenaire, Communications du programme des boursiers
Mastercard Foundation
+1,437-992-3432
treid@mastercardfdn.org

Rebecca Regan-Sachs
Directeur des communications   TechnoServe
Skype : regan-sachs rebeccars@tns.org

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.