Afrique: La COVID-19 compromet les progrès réalisés en matière de protection des femmes et des filles contre la violence et les pratiques abusives

L'adoption de lois visant à mettre fin aux mariages d'enfants a permis de bloquer des milliers de mariages d'enfants et d'offrir aux filles une éducation de la deuxième chance. Cependant, ces gains réalisés au fil des ans sont menacés à l'ère de la COVID-19.

Au Malawi, grâce aux affaires portées devant les tribunaux, les mariages d'enfants ont été invalidés et les filles ont eu la possibilité de retourner à l'école. Moins d'adolescentes ont subi des mutilations génitales féminines (MGF) que les générations précédentes. En Éthiopie, par exemple, 47 % des filles âgées de 15 à 19 ans ont subi des MGF, contre 75 % des femmes âgées de 35 à 49 ans. La même tendance a été observée pour les mariages d'enfants, avec une baisse de 58 % des femmes âgées de 25 à 49 ans contre 40 % des femmes âgées de 20 à 24 ans.

Ces changements ont été soutenus par des programmes conjoints mondiaux et régionaux des Nations Unies (ONU), notamment l'initiative Spotlight des Nations Unies et de l'Union européenne visant à éliminer la violence contre les femmes et les filles et les pratiques néfastes telles que le mariage des enfants et les mutilations génitales féminines.

Toutefois, les crises sanitaires telles que le virus Ebola et maintenant la crise de la COVID-19 sapent les stratégies visant à mettre fin à la violence sexuelle et sexiste (GBV) et à d'autres pratiques néfastes et menacent sérieusement les progrès significatifs réalisés au cours de la dernière décennie. Les moyens de subsistance sont perdus, les réseaux de soutien social sont perturbés et nous assistons à une réduction de l'accès aux informations et aux services de santé reproductive. Il en résultera inévitablement une augmentation des grossesses non désirées, des mariages d'enfants, des abandons scolaires et, parfois, de la mortalité maternelle.

En Afrique orientale et australe, on signale une augmentation des incidents de violence sexuelle et sexiste, notamment des mariages d'enfants et des mutilations génitales féminines. Les pays de la région, déjà considérés comme les plus pauvres et les plus inégaux du monde, sont de plus en plus confrontés aux effets de la pandémie, les communautés s'enfonçant encore davantage dans la pauvreté. Dans ces foyers financièrement fragiles, l'augmentation du travail des enfants et de l'exploitation et des abus sexuels des femmes et des filles est probable, à moins que l'on n'y mette un terme.

Les femmes et les jeunes filles enfermées dans leur foyer avec leur agresseur sont isolées des services et des ressources. De plus, le rétrécissement des réseaux de soutien par les pairs augmente l'isolement social et la vulnérabilité des filles. Selon les projections, 31 millions de cas supplémentaires de violence sexiste se produiront dans le monde si le verrouillage se poursuit pendant au moins six mois.

Parmi les plus vulnérables, on trouve les adolescentes de 10 à 19 ans, dont les capacités de négociation au sein de la famille sont limitées. Beaucoup sont susceptibles d'être victimes de mariages d'enfants, une pratique visant à réduire la charge économique de la famille et à augmenter les revenus grâce à la dot et à la prime de mariage.

Ces fermetures ont entraîné la fermeture temporaire d'écoles et d'autres espaces sûrs pour les filles, et bloqué l'accès aux programmes de mentorat. La fermeture généralisée des écoles a interrompu l'éducation de plus d'un milliard d'enfants dans le monde, exposant les filles à un risque accru de violence liée au sexe, de mariage d'enfants, de mutilations génitales féminines, de grossesses non désirées et d'infection par le VIH.

Même avant la pandémie, les adolescentes étaient déjà laissées pour compte. Avec la crise actuelle, les inégalités préexistantes entre les sexes exacerbent leur vulnérabilité. Les filles doivent retourner à l'école pour terminer leurs études et se créer un avenir autonome. Après la COVID-19, les familles peuvent avoir besoin d'un coup de pouce financier, et les pays doivent faire les bons investissements pour les jeunes. L'éducation des filles, l'éducation de la seconde chance pour les survivants de violences sexuelles, le mariage des enfants et le dividende démographique devraient être les priorités des gouvernements dans les efforts de reconstruction.

Ne pas accorder une attention particulière aux besoins spécifiques des femmes et des filles en temps de crise portera atteinte à leurs droits fondamentaux. Il est impératif que les efforts et les programmes de politique publique visant à éliminer le mariage des enfants et les MGF soient mis en œuvre pendant la pandémie et au-delà. Cela signifie qu'il faut continuer à investir dans des ressources qui correspondent aux besoins des filles les plus délaissées, en matière de prévention, d'éducation et de services et de protection SDSR et VBG qui peuvent sauver des vies.

Le FNUAP, l'UNICEF et ONU Femmes restent fermement engagés à travailler avec les gouvernements et toutes les parties prenantes pour construire des sociétés où les femmes et les filles sont exemptes de violence et de toute forme de discrimination d'ici 2030. Lorsque les femmes et les filles pourront avoir accès aux bonnes informations et au bon soutien et lorsque les gouvernements donneront la priorité à leur accès aux services et au système judiciaire, les communautés prospéreront.

Justine Coulson est la Directrice Régionale par intérim du FNUAP pour l'Afrique Orientale et Australe ; Roberta Clarke, Conseillère Principale, est la Directrice Régionale par intérim d'ONU Femmes pour l'Afrique Orientale et Australe, tandis que Mohamed M Fall @MohamedFall est le directeur régional de l'UNICEF pour l'Afrique Orientale et Australe.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.