Nigeria: Les médecins des hôpitaux publics du pays en grève et en colère

Ils ont lancé une grève illimitée lundi 15 juin. 40% des médecins du pays ont arrêté de travailler. Et à l'exception de ceux soignant les cas de Covid-19, les services de dizaines d'établissements de santé publique étaient déserts pour la première journée de débrayage.

Depuis avant-hier, le Dr Stanley court les plateaux télé et les studios radio d'Abuja. Costume cintré et cheveux bien coiffés, le porte-parole du syndicat national des médecins est en mode communication de crise. Car déclencher une grève en période de pandémie est une décision lourde pour tout professionnel de santé

« Combien de temps allons-nous continuer à risquer notre vie parce que nous voulons servir les Nigérians ? Qu'arrive-t-il aux médecins qui meurent en première ligne sans protection adéquate ? Le gouvernement ne leur donne pas d'assurance-vie. Nous ne voyons cela que dans les pubs à la télé. Mais la vérité est que nous ne voyons rien sur le terrain. »

Dans le hall de l'une des chaines les plus populaires du Nigeria, le Dr Stanley suit à l'écran son confrère le Dr Ayli interviewé en direct. Après douze ans de carrière en tant que gynécologue obstétricien, malgré sa colère, impossible pour le Dr Stanley de fuir le Nigeria comme certains de ses compatriotes médecins, épuisés par les carences locales et donc exilés en Amérique du Nord ou en Europe.

« Nous sommes restés par patriotisme. Si nous quittons tous ce pays, personne ne viendra nous remplacer pour faire le travail. Mes parents sont ici et si je pars à l'étranger, qu'est-ce qui va arriver à mon propre père ? C'est pourquoi nous sommes restés pour nous assurer d'amener le gouvernement à remplir ses obligations de santé. C'est le sens même de notre lutte. »

Le Dr Stanley promet une chose : il reprendra son poste au CHU d'Anambra, au sud du Nigeria dès que les ministères de la Santé, du Travail et des Finances répondront aux doléances des Médecins du Nigeria.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.