Sénégal: Faux monnayage - Le chanteur Thione Seck risque 5 ans de prison

16 Juin 2020

Une peine de 5 ans et une amende de 10 millions de FCfa planent, depuis hier, sur la tête de Thione Seck. Il a été jugé en appel dans l'affaire de faux-monnayage portant sur 50 millions d'Euros. De l'argent qui s'est révélé être du papier vert.

Coup de théâtre dans l'affaire de faux-monnayage qui concerne Thione Seck et un ressortissant malien Alaye Djitèye. Hier, lors du procès en appel du chanteur, les scellés ont été présentés à la barre. Il s'agit précisément d'une partie des 50 millions d'euros en faux, équivalant à 42 milliards de FCfa qui ont été saisis par la gendarmerie au cours de l'arrestation.

À la surprise générale, ce sont des coupures de papier de couleur verte, avec l'apparence de billets de 100 euros, emballées dans des paquets en plastique, sur lesquels sont dessinés des billets qui ont été présentés.

À en croire Thione Seck, c'est ce qui lui a été présenté comme acompte par Joachim Cissé, un promoteur Gambien établi en Suède.

Celui-ci lui aurait fait miroiter un contrat de prestation pour la tenue de 105 concerts moyennant 100 millions d'euros. Et lorsqu'il a reçu l'acompte, il avait gardé le sac, en attendant de soumettre le contrat à ses avocats. Cependant, a-t-il ajouté, la gendarmerie a fait une descente à son domicile.

Face aux juges de la première chambre correctionnelle de la Cour d'appel de Dakar, le chanteur, comparaissant sans son acolyte, a soutenu qu'il ignorait que le sac contenait des faux billets. « C'est vrai que le sac a été chez moi pendant huit jours. Il était dans mon salon. Quand le gendarme est venu me dire que j'étais soupçonné de détenir un sac de faux billets, je n'en revenais pas.

Mes jambes flageolaient. J'étais surpris. Si l'on n'avait pas ouvert le sac, je n'aurais jamais su ce qu'il y avait dedans », a déclaré le chanteur. Comme en instance, Thione Seck se dit victime dans cette affaire. « Je rends grâce à Dieu d'avoir été arrêté car, autrement, j'aurais été déplumé et il ne me resterait rien.

Je sais aussi que mystiquement j'étais atteint au point de prêter à Cissé 85 millions de FCfa.» Thione Seck avoue que cette affaire le marquera toute sa vie. « Je n'oublierais jamais cette affaire, jusqu'à mon enterrement. Cela a bousillé ma santé, la carrière de football de mon fils qui était sur le point d'en avoir car un gamin appréhendé, a lâché son nom et mon fils a été arrêté et déféré.

Cela a bousillé sa carrière. Je sais combien ma carrière m'a coûté, je suis une valeur nationale et j'ai toujours prodigué la vertu à travers mes chansons», a-t-il insisté. Thione Seck a encore contesté les faits d'association de malfaiteurs, de blanchiment et de complicité de contrefaçon, d'altération de signes monétaires ayant cours légal au Sénégal et dans un pays étranger.

Malgré ses dénégations, il n'a pas fourni le contrat aux juges. C'est pourquoi le procureur général estime que les dénégations du chanteur ne peuvent pas prospérer. Il a demandé que la complicité de contrefaçon soit disqualifiée en fabrication et détention de signes monétaires. Pour la répression, il a requis 5 ans ferme et une amende de 10 millions de FCfa.

Se fondant sur les réquisitions de la Sonatel qui ont établi des liens entre Thione Seck avec un certain Sakho que le chanteur dit ne pas connaître les conseils de la Bceao ont réclamé le franc symbolique.

La défense a plaidé la relaxe au motif que dans cette affaire, le délit n'existe pas, notamment les faux billets. Les avocats de Thione Seck ont demandé que la constitution de partie civile de la banque centrale soit rejetée.

La Cour rendra son verdict le 22 juin.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.