Gabon: COVID19 - Vente des bavettes,un gagne-pain

Si la pandémie du coronavirus a mis tout le monde à l'arrêt, un nouveau business a vu le jour. Le commerce de bavette de protection est exploité de plus bel. Sur les marchés, les rues et les boutiques, les masques en coton et en pagne, réutilisables et moins chers que les masques chirurgicaux, se vendent comme des petits pains.

Devenue obligatoire pour tous, la quasi-totalité de la population porte une bavette de protection afin de se protéger et protéger les autres du virus du coronavirus. Le Gabon n'est pas en pénurie de masques de protection en tout cas pour ce qui concerne les populations. Le port du masque obligatoire est une mesure qui avantage les couturiers qui se sont lancés dans la confection de bavette en tissu africain ou de visière.

Un bout de tissu ou du plastique et un peu d'élastique suffisent pour fournir à la population des bavettes en pagne, en coton ou des visières à des prix accessibles à tous. Toutes les couleurs et les motifs sont disponibles. D'aucuns en ont fait un style en les assortissant à leurs vêtements encore plus, d'autres les ont personnalisés en y inscrivant le nom ou le logo de leur entreprise.

Le marché semble pourtant concurrentiel, nous révèle un vendeur « ça ne rapporte pas beaucoup parce que tout le monde les vend, il faut trouver les meilleurs motifs pour plaire aux clients. Mais tant que le virus sera là, on aura toujours besoin de bavettes et on continuera à vendre »

Accessible à tous, les vendeurs de bavettes sont présents à tous les coins de rues. Personne n'a plus aucune raison de ne pas porter sa bavette.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.