Maroc: Le Festival international de luth de Tétouan évoque la mémoire de Hassan Mégri

Le Festival international de Luth de Tétouan, organisé cette année en session virtuelle, a évoqué la mémoire du défunt musicien marocain Hassan Mégri, rappelant ses apports notamment à travers sa création du "prix Ziryab des virtuoses".

Sur la page Facebook officielle du festival, l'administration a publié, dans le cadre de la rubrique "mémoire du prix Ziryab des virtuoses", une vidéo de dix minutes qui rappelle les services rendus par Hassan Mégri à l'instrument de Luth, sa riche contribution à faire connaître la musique marocaine, ainsi que sa représentation dans des forums internationaux.

Dans ce sillage, la directrice artistique du festival et soprano marocaine Samira Kadiri a déclaré à la MAP que l'évocation de la mémoire de feu Mégri lors de cette édition se justifie par deux raisons principales : la première étant qu'elle concerne un homme "qui mérite le respect, la célébration et l'hommage, puisqu'il a enrichi le répertoire musical national et arabe par une panoplie d'œuvres".

La deuxième raison est que le regretté s'est distingué par son travail acharné au niveau du Conseil national de la musique au Maroc en supervisant l'organisation de nombreuses manifestations célébrant l'art et les artistes, a ajouté Mme Kadiri, notant que le défunt a fourni "des efforts considérables" au profit de la scène artistique au Royaume. La célébration du regretté lors du Festival international de Luth de Tétouan est une chose naturelle, a-t-elle estimé, considérant que le prix Ziryab des virtuoses qu'il a créé était une valeur ajoutée à ce festival, d'autant plus qu'il a célébré des musiciens qualifiés aux niveaux arabe et international.

Pour sa part, Wafaa Bennani, veuve du défunt, mais qui a cette fois pris la parole au nom du Conseil national de la musique au Maroc, a expliqué que le mérite de la création du "prix Ziryab des virtuoses" pour célébrer les musiciens marocains qualifiés revient à Hassan Mégri. Ce prix fut remis durant dix ans lors d'une manifestation au Théâtre national Mohammed V à Rabat, avant qu'il ne soit confié au Festival international de Luth de Tétouan après 2012, a-t-elle rappelé.

À cet égard, Mme Bennani a raconté qu'elle a assisté, avec feu Mégri, à l'une des éditions du festival de Tétouan au cours duquel ils ont constaté ensemble la bonne performance des responsables, ajoutant que le défunt lui avait confiée que "le festival international du Luth de Tétouan est le lieu naturel du prix Ziryab" qui a été créé sous les auspices du Conseil international de la musique, partenaire officiel de l'Unesco. L'idée a été présentée à la directrice artistique du festival qui l'avait acceptée, avant de nouer des relations de partenariat entre la direction du festival et le Conseil national de la musique, sur la base desquelles le prix Ziryab des virtuoses sera décerné dans le cadre du festival international de Tétouan, a-t-elle précisé.

Outre le mot du Conseil national de la musique, une vidéo a été publiée par la direction du festival international du Luth de Tétouan et montre des scènes de l'hommage qui a été rendu au défunt lors des activités de l'édition de 2018 du festival. En commentaire, l'artiste Nasr Megri, fils du regretté, a souligné qu'il s'agit d'un hommage "élégant et merveilleux", remerciant, à cet effet, la direction du festival et sa directrice artistique.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.