Cameroun: OFTA de Kribi - Ca bouillonne en interne

Les dirigeants et les supporters ne digèrent pas la non- montée du club en Elite one.

Les têtes sont basses. Les visages fermés. Ce que beaucoup craignaient, sans vouloir vraiment y penser, est en train de se produire. Le club de football de la ville de Kribi évoluant en Elite Two, Ocean Football Training Association (OFTA), est secoué par un violent vent de discorde. Depuis le 12 mai 2020, date de l'arrêt définitif des championnats professionnels Elite one et Elite Two par la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) à cause de la pandémie du Covid-19, tout va mal au sein d'OFTA de Kribi. Entre les dirigeants, on s'accuse d'être à l'origine de la non- montée du club en Elite one.

Après 24 journées disputées, OFTA de Kribi est quatrième avec 35 points. Moins 10 points du premier, sept du deuxième et quatre du troisième. Le club avait pourtant tout essayé pour être parmi les meilleurs. « Tous pour la montée en Elite one » était d'ailleurs son slogan. A l'issue de la 16 e journée, OFTA était alors deuxième. Et après, l'équipe a perdu du terrain. Deux défaites et trois matches nuls. Des rencontres que les garçons de Kribi pouvaient bien remporter puisqu'ils étaient opposés aux équipes de bas du classement.

Pour les pessimistes, les signes n'étaient pas trompeurs. « Erreurs de jeunesse ». « Trop de zèle pour l'entraîneur ». « Un président en manque de professionnalisme ». Voilà entre autres les accusations faites par les uns et les autres.

Pour le président d'OFTA, Elvis Silas Bouellé, le rêve est brisé. « Je suis sûr d'une chose. Si on avait terminé normalement le championnat, OFTA serait monté en Elite one », dit-il. Il restait alors deux journées à disputer. Et l'équipe de Kribi devait jouer à domicile. « J'avais un bon effectif. Et les garçons étaient prêts à gagner les deux derniers matches », fait savoir l'entraîneur d'OFTA, Casimir Mangue. Pour le public, adieu l'ambition.

L'équipe manquait d'expérience. OFTA de Kribi reste en Elite Two. La déception est réelle. Un supporter déclare alors que le club a beaucoup de problèmes en interne. Des situations qui ont joué à sa défaveur. Certains cadres du club parlent même de sorcellerie. Des regrets à n'en plus finir. La pilule est dure à avaler. Depuis quelques jours, un bras de fer courtois, mais très ferme est engagé entre les dirigeants du club .

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.