Seychelles: Un fonds de 200 000 dollars pour la gestion de l'environnement fait partie du nouvel accord de pêche UE-Seychelles

Un fonds annuel de 200 000 $ pour la gestion durable de l'environnement et de l'écosystème de la nation insulaire fait partie du nouvel accord de partenariat de pêche durable entre l'Union européenne et les Seychelles, a déclaré un haut responsable.

"Pour la première fois dans l'histoire de l'accord de pêche que l'Union européenne a conclu avec un autre pays, les Seychelles ont réussi à créer un fonds dédié à la gestion de l'environnement et à la surveillance de notre écosystème. L'argent du fonds proviendra des propriétaires de thoniers de l'UE mêmes ", a déclaré mardi le ministre des Seychelles pour la pêche et l'agriculture, Charles Bastienne.

Selon M. Bastienne, une somme d'environ 200 000 $ devrait être levée annuellement. "Ils devront payer cela en plus de leurs licences. Ils devront effectuer ce paiement chaque année parallèlement à leur redevance de pêche", a-t-il ajouté.

Le ministre a confirmé que la somme est actuellement disponible dans la fiducie et que les détails de son utilisation seront annoncés ultérieurement. Des caméras sur les thoniers pour surveiller comment la pêche au thon est entreprise et les DCP biodégradables qui auront les codes des navires dont ils sont originaires figurent parmi les nouvelles dispositions de l'accord qui a été signé le 24 février de cette année.

L'accord de partenariat pour une pêche durable est un accord de coopération de longue date entre les Seychelles et l'UE signé en 1987. Il permet aux navires de l'UE de pêcher dans les eaux sous la juridiction des Seychelles, un groupe de 115 îles de l'ouest de l'océan Indien.

Quarante navires européens sont autorisés à pêcher dans les eaux des Seychelles, mais seulement 27 sont actifs - principalement des senneurs espagnols et français. Le dernier protocole a expiré à la mi-janvier de cette année, ce qui signifie que les navires battant pavillon de l'UE n'ont pas pu mener leurs activités depuis lors.

Le débat sur la déclaration et le nouvel accord s'est déroulé sur deux jours. Alors que le ministre et les membres du parti au pouvoir ont soutenu la déclaration et l'accord, les membres de l'opposition ont déclaré que l'accord donné aux Seychelles par l'UE via la convention aurait pu être meilleur avec plus d'avantages pour la nation insulaire.

Le président de la Commission des affaires internationales à l'Assemblée nationale, Jean-François Ferrari, s'est prononcé fermement sur le fonds d'affectation spéciale de 200 000 $ qui, selon lui, n'est rien comparé aux millions de dommages aux îles extérieures des Seychelles causés par des DCP laissés en mer par les thoniers.

"115 000 euros, ce n'est même pas 4 millions de SCR par an pour protéger nos côtes. L'Union européenne aurait pu faire bien mieux que cela. Et nous devrions pouvoir leur montrer comment ils auraient pu faire mieux. Nous devrions pouvoir mettre en avant les opportunités afin de renégocier l'accord ", a déclaré M. Ferrari.

Une fois les discussions sur l'accord épuisées, tous les membres ont voté mercredi pour sa ratification. L'accord est d'une durée de six ans et sur cette période, les Seychelles devraient recevoir 65 millions de dollars.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.